Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du lundi 6 mai 2019

Se sacrifier pour sauver la planète

Publié le

Un homme blanc en costume tient la planète terre dans ses mains.
Un gouvernement global bienveillant serait-il la seule façon de sauver l'humanité d'une crise environnementale?   Photo : iStock / Montage : Amarilys Proulx

On peut facilement se demander si un jour, il faudra restreindre nos libertés individuelles pour sauver la planète et assurer notre survie. Cette semaine, notre chroniqueur Mikaël Carlier, président de Novae, tente de répondre à cette question.

Il est beaucoup plus facile d'accuser les grandes entreprises et de leur demander d'être plus « responsables » sur le plan environnemental.

Mais, qu'est-ce qui arrive lorsque l'individu est également confronté à ses responsabilités?

Ce n'est pas tout le monde qui partage ce sentiment et cette prise de conscience.

Plusieurs veulent habiter dans une grande maison, posséder un chalet, avoir deux voitures, pouvoir manger ce qu'on veut, etc.

Par contre, nos droits individuels sont confrontés à une réalité existentielle : les limites de la planète et de ses ressources.

Certains de nos comportements peuvent faire toute la différence pour notre environnement.

Nous pouvons rendre plus prestigieux de circuler à vélo plutôt qu'en voiture. Aussi, manger un excellent sauté de légume au lieu d'une grosse pièce de viande.

Mais, on peut également changer nos habitudes de vie dans nos loisirs.

Le programme est revenu sur sa décision d'imposer une date limite aux Air Miles accumulés.
Le programme est revenu sur sa décision d'imposer une date limite aux Air Miles accumulés. Photo : iStock

Par exemple, les voyages en avion ont un impact direct sur l'environnement. Surtout que 85% des trajets internationaux sont pour l'agrément, le loisir et le tourisme.

Comme solution, on peut songer à faire comme plusieurs Suédois et privilégier les parcours en train et de partir à la découverte des villages et des endroits près de chez nous, plutôt que de voyager à l'autre bout du monde.

Conclusion, pour sauver la planète et notre espèce, nous savons que nous devons changer nos habitudes de vie...mais sommes-nous vraiment prêts à le faire?

Chargement en cours