Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du vendredi 29 mars 2019

La transmission des valeurs des parents se fait pendant les repas

Publié le

Un repas en famille
Un repas en famille   Photo : iStock

Ce ne sont pas toutes les familles qui accordent de l'importance au fait de manger ensemble. La psychologue Nadia Gagnier nous décrit les effets possibles de manger en famille.

Certains parents organiseront l'agenda familial en tentant de favoriser que tous les enfants soient réunis autour de la table pour un maximum de repas par semaine.

Alors que d'autres s'en soucieront moins, probablement afin d'être efficaces dans la gestion d'un horaire plus complexe.

Mais concrètement, est-il encore nécessaire et réaliste de s'organiser pour manger en famille?

Il s'agit certainement d'un défi, surtout avec les horaires de travail atypiques des parents et des difficultés à se coordonner pour avoir 7 soupers en famille par semaine.

Par contre, ce n'est pas toujours une question d'horaire de travail.

J'ai déjà visité des familles où les parents faisaient pratiquement des pirouettes pour manger en famille, alors que j'en ai vu d'autres où, malgré un horaire flexible, les parents faisaient manger les enfants avant eux ou devant la télé afin de pouvoir prendre une pause et discuter en couple affirme Nadia Gagnier

Dre Nadia Gagnier, psychologue
Dre Nadia Gagnier, psychologue Photo : Radio-Canada/Vanessa Costa

Il faut comprendre qu'il n'est pas si grave de faire deux tablées une fois de temps en temps et d'avoir un souper romantique avec son partenaire. Mais les parents qui organisent quotidiennement leurs repas de cette manière se privent peut-être d'une façon simple d'offrir leur influence positive à leur enfant.

D'abord, on s'est aperçu que les repas en famille étaient le contexte par excellence pour favoriser la socialisation culturelle des enfants, c'est-à-dire la transmission des valeurs des parents à leurs progénitures.

Les jeunes qui mangent plus souvent en famille ont de meilleurs résultats scolaires et un vocabulaire plus riche

Nadia Gagnier, psychologue

Les chercheurs croient que ce serait dû au fait que les enfants entendent les conversations entre leurs parents et sont ainsi exposés à des mots plus complexes.

Ces mêmes conversations les exposent aussi aux processus cognitifs de leurs parents, comme la planification d'un événement ou des étapes pour atteindre un objectif.

Les adolescents qui mangent plus souvent en famille auraient moins de comportements à risque et moins tendance à manifester des signes d'anxiété ou de dépression.

Cela favoriserait également l'estime de soi. Même si l'ado est exaspéré et qu'il roule ses yeux au ciel chaque fois que ses parents insistent pour qu'il mange avec eux!

Il faut être prudent afin de ne pas culpabiliser les parents bien intentionnés qui ont des horaires plus complexes à gérer.

Chargement en cours