Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mercredi 13 mars 2019

Les chiffres démontrent que les filles sont moins actives à l'adolescence

Publié le

Des jeunes filles qui posent pour la caméra
Des joueuses de baseball   Photo : iStock.com/Kali Nine LLC

Plusieurs études démontrent que les jeunes Canadiens ne bougent pas assez. C'est plus particulièrement le cas chez les adolescentes.

Le portrait est peu reluisant puisque lors de leur passage au secondaire, une fille sur deux abandonne la pratique d'activité physique. Alors que les garçons ont tendance à maintenir la pratique des sports.

C'est le sujet de la chronique bien-être par le sport, avec Élise Hofer.

Les filles se perçoivent comme moins habiles dans les activités physiques et sportives que les garçons

Élise Hofer, chroniqueuse

Selon une étude de Statistiques Canada, seulement 14 % des jeunes filles de 12 à 17 ans respectent les recommandations, comparativement à 34 % chez les adolescents.

Près de 9 adolescentes sur 10 n'atteignent pas les objectifs, soit de faire un effort vigoureux de 60 minutes par jour.

Des adolescentes en train de jouer au volleyball dans un gymnase.
Pour de jeunes athlètes, ne pas être sélectionné pour faire partie d'une équipe sportive peut constituer une grande déception. Photo : iStock

Pourquoi?

Selon l'organisme Fille active, plusieurs facteurs expliquent que les jeunes filles vivent un désengagement par rapport à l'activité physique.

Dans un contexte où le corps se transforme et où l'image de soi est très importante, les adolescentes vont fuir les occasions de bouger ou de pratiquer un sport devant les garçons ou leurs pairs.

Elles ne veulent pas être dans une situation où elles ne se sentent pas compétentes, jugées ou discriminées.

Facile de cacher son examen de mathématique quand on a eu une mauvaise note. Plus difficile de se cacher quand il faut faire une performance physique devant les autres, précise Élise Hofer.

Pour que les adolescentes pratiquent un sport, elles doivent éprouver du plaisir et sentir qu'elles appartiennent à un groupe. Surtout qu'elles aiment passer du temps avec leurs amies.

C'est le contraire pour les garçons qui vont pratiquer des sports pour être en action, pour performer et ensuite pour se faire accepter dans un groupe.

Élise Hofer, chroniqueuse bien-être
Elise Hofer, chroniqueuse Bien-être Photo : Sylvie-Ann Paré/Sylvie-Ann Paré

Chargement en cours