Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mercredi 16 janvier 2019

Est-ce que l'année 2019 sera plus positive pour les Franco-Ontariens?

Publié le

Drapeau franco-ontarien
Drapeau franco-ontarien   Photo : Radio-Canada

Lorsqu'une année se termine et qu'une autre commence, on tente de prendre du recul sur nos actions des derniers mois. Et notre chroniqueur Martin Normand avoue qu'on lui a souvent reproché d'être négatif, pessimiste et rabat-joie dans ses chroniques sur l'actualité franco-ontarienne.

Martin Normand est chercheur postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l'Université d’Ottawa, et il a décidé de prendre la résolution d'être plus positif en 2019. Il consacre d'ailleurs sa toute première chronique de l'année à des bonnes nouvelles.

D'abord, le gouvernement provincial a rétabli le financement des magazines éducatifs francophones du Centre franco-ontarien en ressources pédagogiques. C’est une bonne nouvelle parce qu’il y avait un véritable engouement pour ces magazines qui sont utilisés dans les salles de classe pour promouvoir la lecture et en construction identitaire.

Par contre, l’histoire de la suspension de ce financement n’a toujours pas été éclaircie. Le financement provenait du fédéral et quelqu’un au ministère de l’Éducation de l’Ontario aurait mis un frein au versement de la subvention. On apprend aussi que la situation est rétablie jusqu’à la fin de l’année scolaire et que de nouvelles négociations devront être entreprises. L’histoire pourrait donc se répéter.

Doug Ford entre deux personnes de dos.
Le gouvernement de Doug Ford souhaite modifier la loi ontarienne sur le financement des partis politiques. Photo : La Presse canadienne/Chris Young

Ensuite, le gouvernement provincial a annoncé la création d’une nouvelle école publique francophone à Parry Sound. C'est le résultat de la mobilisation de parents locaux, dans une région où il n’y avait aucune école francophone. Mais, la suite des choses n’est pas encore réglée.

On ne parle pas de la construction d’une nouvelle école, mais plutôt de la location d’espaces pour l’instant, en attendant de constater la demande réelle. Aussi, il y a des besoins ailleurs en province qui tardent à se concrétiser.

Doug Ford a nommé une nouvelle conseillère aux Affaires francophones au sein de son bureau, Marilissa Gosselin. Notre chroniqueur se réjouit de cette décision, puisqu'il s’agit d’une nouvelle interlocutrice directe au sein de ce bureau, qui semble avoir de la difficulté à rejoindre ou à comprendre la population francophone.

Je penses qu'elle [Marilissa Gosselin] parle le français et le Ford

Martin Normand

Mais, la nouvelle conseillère a déjà avalisé toutes les décisions de l’automne. En plus, quelles seront ses relations avec le nouveau ministère des Affaires francophones, quelle sera la capacité d’agir de chacun?

Martin Normand est également heureux que l'Ontario compte maintenant 744 000 francophones, selon l’AFO. Les chiffres sont importants dans notre régime linguistique et toutes les justifications pour de nouveaux services passent par les nombres.

Et finalement, le gouvernement fédéral vient d’octroyer 1,9 million $ à l’UOF pour qu’elle poursuive ses activités. Ça permettra de garder les employés en place pour une année. Mais, toujours selon notre chroniqueur, cet argent doit essentiellement servir à développer le Carrefour francophone du savoir et de l’innovation à Toronto, et non pas pour poursuivre le projet académique de l’Université.

Les discussions vont également continuer entre les paliers de gouvernement, mais il ne faut pas oublier qu’une élection fédérale se pointe à l'horizon.

C'est une année de répit, mais sans savoir ce qui va se passer au-delà du 15 janvier 2020.

Martin Normand

Au final, Martin Normand aura peut-être beaucoup de travail à faire pour remplir sa résolution.

L'homme fait face à la caméra.
Martin Normand s'est fait accueillir en anglais seulement à Kontinuum. Photo : Radio-Canada

Chargement en cours