•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie aura des conséquences graves sur la santé des ados

Style libre

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La pandémie aura des conséquences graves sur la santé des ados

Rattrapage du vendredi 31 juillet 2020
Dre Julie Saint-Pierre en entrevue dans son bureau

La médecin Julie Saint-Pierre.

Photo : Radio-Canada

Plus de la moitié des adolescents de 14 à 17 ans du Québec bougent moins depuis le début de la pandémie.

Ces données tirées d'un sondage incitent la Coalition québécoise sur la problématique du poids à réclamer des actions concrètes pour réactiver les jeunes.

Selon l’étude citée par la Coalition, 53 % des ados ont diminué leur activité physique depuis le mois de mars.

Pour la pédiatre spécialisée en obésité, Julie Saint-Pierre, la situation est dramatique.

On sait que les jeunes, quand ils sont en congé scolaire, ont tendance à moins bouger qu’à l’habitude. Avec six mois de congé scolaire, on s’y attendait. Les données ne nous surprennent pas du tout, a-t-elle expliqué, en entrevue à l’émission Style libre.

Le fait que les jeunes avaient moins d’horaires, se couchaient plus tard et passaient plus de temps derrière des écrans a eu un impact majeur, selon Julie Saint-Pierre.

Beaucoup d’entre eux ont développé de la cyberdépendance. Une fois que c’est installé, c’est difficile pour les parents qui, pour la plupart, sont encore en télétravail, de remettre les pendules à l’heure et remettre un horaire.

Dre Julie Saint-Pierre, pédiatre

Les jeunes ont-ils été abandonnés au cours de la période de confinement?

C’est un mot qui est très juste. Les gens de la population ne doivent pas se culpabiliser pour ce que l’on vit actuellement. C’est planétaire en ce moment. Mais les jeunes, oui, ont été oubliés. On s’est dit les jeunes sont moins malades que les adultes et les personnes âgées, mais on ne pense pas aux maladies secondaires au manque d’activité physique, relève la médecin.

Julie Saint-Pierre rappelle que l’activité physique est à la base de la santé globale, du bon sommeil, d’une saine gestion des émotions et de la réussite scolaire. Elle prévoit que certains jeunes arriveront à l’école désorganisés cet automne et seront aux prises avec une perte de motivation.

Je pense qu’il y a une autre pandémie qui s’en vient est ce ne sera pas la deuxième vague qu’on attend, mais bien un problème de maladie chronique et de sédentarité chez les jeunes qui sera absolument catastrophique, prédit la pédiatre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !