•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Style libre

En semaine de 15 h 30 à 18 h

L’AGL-LGBT est à la recherche de membres

Rattrapage du mardi 3 mars 2020
Daniel Gosselin en studio.

Le coordonnateur général - direction, communications et ressources de l'AGL-LGBT Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Gosselin.

Photo : Radio-Canada / Vincent Côté

L'AGL-LGBT Saguenay-Lac-Saint-Jean est présentement en période de recrutement.

Selon le coordonnateur régional de l'association, Daniel Gosselin, plusieurs personnes au Saguenay-Lac-Saint-Jean vivent encore de l'isolement. C'est pourquoi l'organisme joue un rôle de premier plan et tente de joindre le plus grand nombre possible de personnes.

D'ailleurs, l'organisme ajoutera prochainement quelques lettres à son acronyme pour être plus inclusif. L'association a été fondée en 1998, sous le nom d'AGL Saguenay-Lac-Saint-Jean en incluant les gais (G) et les lesbiennes (L). En 2015, les lettres B pour bisexuel et T pour transexuel ont été ajoutées. Daniel Gosselin n'a pas voulu révéler les ajouts à venir.

Pour l'instant, beaucoup d'efforts sont mis auprès des aînés.

Il y a toujours des gens qui vivent dans le placard. Présentement, on travaille beaucoup par rapport aux aînés avec le projet « Pour que vieillesse soit gaie ». C'est un projet qui est en collaboration avec la Fondation Émergence et, ce qu'on remarque, c'est que quand les aînés entrent dans une résidence, la plupart d'entre eux doivent retourner dans le placard. Donc, on travaille beaucoup là-dessus présentement.

Daniel Gosselin, coordonnateur région de l'AGL-LGBT Saguenay-Lac-Saint-Jean

Daniel Gosselin a aussi été questionné à savoir s'il est réellement plus difficile pour une personne de cette communauté de vivre en région. Moi ce que je dirais, c'est que les enjeux ne sont pas les mêmes. Comme par exemple, une personne qui reste à La Doré ou à Sainte-Rose-du-Nord, une personne trans ou homosexuelle va être tout de suite étiquetée, a-t-il fourni comme exemple.

Le 17 mai, journée internationale contre l'homophobie, les municipalités de la région seront sollicitées de nouveau pour hisser le drapeau multicolore. Daniel Gosselin espère que 100 % d'entre elles seront de la partie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !