•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

H-Q fournisseur d’énergie propre pour liquéfier du méthane

Style libre

Avec Doris Larouche

En semaine de 15 h 30 à 18 h

H-Q fournisseur d’énergie propre pour liquéfier du méthane

Rattrapage du lundi 9 décembre 2019
Un homme se tient devant une rangée de maisons.

Jean Paradis persiste à croire que les deux projets n'ont aucune raison valable d'être développés.

Photo : Radio-Canada

L'ex-président et fondateur de l'entreprise jeannoise Négawatts Production, Jean Paradis, dénonce le fait qu'Hydro-Québec souhaite fournir de l'électricité à GNL Québec pour son projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie.

Jean Paradis a dirigé l’entreprise d’efficacité énergétique pendant 22 ans et a conseillé des milliers de personnes souhaitant utiliser l’énergie à meilleur escient.

L’ex-homme d’affaires s’inscrit en faux contre le projet caressé par GNL Québec à Grande-Anse, qu'il considère comme étant aberrant. Il a écrit plusieurs lettres au président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, parce qu’il juge inaccpetable que la société d’État songe à fournir 5 TWh d’énergie à la compagnie. L’équivalent des deux tiers de la production des nouvelles installations sur la rivière Romaine serait utilisés, croit-il, pour « liquéfier du gaz méthane sale qui vient de l’Alberta ».

Au lieu de gaspiller cette énergie plus propre, Hydro-Québec pourrait l’utiliser plus judicieusement en la mettant au service de réelles actions pour lutter contre les changements climatiques, entre autres, à la conversion de modes de transport.

Jean Paradis, ex-président de Négawatts Production

Jean Paradis estime que l’utilisation de l’électricité produite par Hydro-Québec pour l’usine de liquéfaction permettrait au promoteur d’économiser 10 % du gaz acheminé par gazoduc en provenance de l’Ouest canadien. Ceci favoriserait l’augmentation des ventes à l’exportation et procurerait à l’entreprise d’importants revenus supplémentaires, croit-il.

C’est donc une subvention directe d’environ 295 millions de dollars et indirecte de 265 millions de dollars, a-t-il relevé, en entrevue à l'émission Style libre.

Hydro-Québec a répondu à Jean Paradis qu’elle ne peut refuser de fournir de l’hydroélectricité à un client.

C’est au gouvernement de changer cette règle-là et de donner la latitude à Hydro-Québec de décider, quand un client ne va pas dans le sens de ses valeurs, poursuit-il.

Jean Paradis rappelle que l'objectif premier d’Hydro-Québec, tel que décliné dans son plan stratégique 2020-2024, est de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il y a un genre de fumisterie là-dedans parce qu’on pense qu’en utilisant l’hydroélectricité, on va diminuer les gaz à effet de serre. Localement, c’est vrai, parce qu’ils ne seront pas obligés d’utiliser leur propre gaz, mais ils vont l’exporter ce gaz-là, fait valoir le signataire de la lettre envoyée à Éric Martel, lui aussi originaire de la région.

L’ex-président de Négawatts Production est convaincu qu’en fournissant de l’énergie propre pour liquéfier du méthane, Hydro-Québec est complice d’un projet qui compromet le virage énergétique de la Belle Province, tout en servant les intérêts d’une compagnie américaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi