•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réalité derrière le travail d'intervenant en centre jeunesse

Style libre

Avec Doris Larouche

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La réalité derrière le travail d'intervenant en centre jeunesse

Rattrapage du lundi 25 novembre 2019
Les deux intervenants en studio face à la caméra.

Justine Rousseau, travailleuse sociale intervenante avec les jeunes contrevenants, et Martin Brisson, éducateur spécialisé en centre de réadaptation

Photo : Radio-Canada

Vous avez été nombreux à regarder le reportage DPJ : vue de l'intérieur présenté dans le cadre de l'émission Enquête sur les ondes de Radio-Canada.

L’équipe a suivi quotidiennement pendant deux semaines des travailleurs de la région à la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ).

Depuis sa diffusion le 14 novembre dernier, le reportage suscite des réactions. Justine Rousseau et Martin Brisson, deux intervenants au centre de réadaptation Saint-Georges, ont vécu toutes sortes d'émotions pendant le tournage et après la diffusion du reportage.

De prime à bord, je pense que ce qui ressort, c’est que notre métier n’est vraiment pas évident. Et aussi, ça a propulsé l’idée que c’est une réalité collective et que ça ne repose pas juste sur les épaules des intervenants, des travailleurs sociaux, des éducateurs de faire tout le mandat de la protection des enfants, commente Justine Rousseau, qui travaille aujourd’hui avec de jeunes contrevenants.

L’éducateur spécialisé Martin Brisson remarque que le reportage d’Enquête a touché les gens.

Les gens me trouvaient très bon et très patient de faire ce métier-là, mais moi, je répondais que ça faisait partie de notre réalité […]. En mettant des images là-dessus, je pense que c’était plus facile de comprendre aussi, a-t-il fait valoir, en entrevue à l’émission Style libre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi