Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du mardi 9 avril 2019

25 ans après le génocide au Rwanda, l'abbé Paul Marékani se souvient

Publié le

Des réfugiés rwandais fuyant Kigali durant la guerre civile, le 11 mai 1994.
Il y a 25 ans, le Rwanda sombrait dans une tragédie humanitaire   Photo : AFP / AFP/Gérard Julien

L'abbé Paul Marékani a quitté son pays, le Rwanda, quelques mois avant le début du génocide des Tutsis en 1994. Il a pourtant été touché de plein fouet par le massacre qui a fait plus de 800 000 morts en trois mois à peine.

Ses trois sœurs, son frère et leurs enfants ont tous été tués.

Paul Marékani, qui est aujourd’hui prêtre au diocèse de Chicoutimi, était à Québec à l’époque. Il a reçu un message lui annonçant la nouvelle.

On a reçu ce message pour me dire : "Ne vous attendez plus à rien. C’est fini. Toute la famille a été décimée".

Paul Marékani, prêtre, diocèse de Chicoutimi

Il raconte s’être réfugié dans le déni pendant un certain temps puisque tout cela dépassait l’entendement. Il refusait de croire la terrible réalité.

Jamais il n’aurait pensé que l’horreur prendrait des proportions aussi énormes.

Paul Marékani en entrevue
Toute la famille de l'abbé Paul Marékani a été massacré pendant le génocide. Photo : Radio-Canada

J’étais peut-être naïf de ne pas penser qu’aurait arrivé, ce qui est arrivé. Moi, je me disais puisque les Nations Unies sont au courant, puisqu’ils avaient envoyé même une commission d’enquête, ils savaient bien ce qui se passait. Je me disais non, ça ne se passera pas comme ça […] mais je me suis trompé justement.

Le prêtre retourne au pays des mille collines régulièrement depuis le génocide. Il connaissait le père de celui qui a massacré sa famille. Il affirme avoir pardonné.

Je l’ai rencontré sur le chemin. Je l’ai embrassé. Lui n’était pas capable de me regarder dans les yeux.

Paul Marékani, prêtre, diocèse de Chicoutimi

Le Rwanda a grandement changé depuis cette période sombre de son histoire. L’abbé Paul Marékani voit d’un œil positif cette évolution.

Ils ont reconstruit parce que tout était évidemment démoli, tout était détruit. C’est un pays nouveau avec un visage nouveau, avec une jeunesse dynamique maintenant et on leur apprend à vivre dans l’unité et aussi à construire l’avenir ensemble, conclut-il.

Chargement en cours