•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stations de ski régionales moins touchées par les impacts des changements climatiques

Style libre

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les stations de ski régionales moins touchées par les impacts des changements climatiques

Audio fil du lundi 25 février 2019
Le Valinouët

Le Valinouët

Photo : Radio-Canada / Sarah Pedneault

Les résultats d'une étude menée par le consortium Ouranos au sujet des impacts des changements climatiques sur les stations de ski n'inquiètent pas la direction du Valinouët.

L’étude conclut que les stations de ski du sud du Québec devront s’adapter pour survivre, alors que l’on prévoit trois semaines de saison skiable de moins d’ici 2050 et une perte de superficie de 30 %

Le portait est différent au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Gaspésie, note le directeur du marketing de la station Le Valinouët, Stéphane Leblond.

L’étude dit que ce sont des régions comme le Saguenay qui vont profiter de ces changements-là parce que, dans les régions du nord, il y a de la neige et il y a moins de pluie et de modifications par rapport aux changements climatiques. Même que ça incite les gens à venir chez nous de plus en plus, note Stéphane Leblond.

Le directeur remarque que les visiteurs sont de plus en plus nombreux à venir profiter des conditions de ski idéales qu’offre la région.

Le défi : les infrastructures d’accueil

Pour Stéphane Leblond, le principal défi auquel devront faire face les stations de ski du Saguenay-Lac-Saint-Jean relèvera de l’implantation d’infrastructures d’accueil de qualité pour recevoir les touristes.

Les deux stations qui ont le plus de neige en ce moment au Québec, ce sont deux stations du Saguenay : le Mont-Édouard et Le Valinouët. On ne vit vraiment pas la même réalité qu’ailleurs […] Mais plus de neige n’égale pas nécessairement plus d’investissements. Le fait d’être une région fait en sorte qu’on est moins priorisés par les gouvernements, fait valoir Stéphane Leblond.

Les stations régionales veulent obtenir leur part du gâteau.

La réalité va faire en sorte que les gouvernements n’auront pas le choix de suivre quand ils vont voir que les gens viennent chez nous.

Stéphane Leblond, directeur du marketing au Valinouët

Le directeur croit qu’il y a du pain sur planche et « du lobby à faire » pour obtenir plus d’argent public.

C’est à court terme qu’il faut faire des pressions. Ça fait des années qu’on lève la main pour dire qu’on est prêts à accueillir les gens et à recevoir des investissements, met-il en relief.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !