•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'École nationale de l'apprentissage par la marionnette perd la moitié de sa subvention

Style libre

Avec Doris Larouche

En semaine de 15 h 30 à 18 h

L'École nationale de l'apprentissage par la marionnette perd la moitié de sa subvention

Audio fil du mardi 5 février 2019
Un école primaire.

L'école Marguerite-d'Youville

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Le fondateur de l'École nationale d'apprentissage par la marionnette (ÉNAM), Richard Bouchard, dénonce la réduction de 50 % de la subvention que lui accorde Saguenay.

Depuis le printemps dernier, l’organisme sans but lucratif (OSBL) doit composer avec 15 000 $ en moins annuellement. Cette situation a des impacts directs sur les services dispensés par l’ÉNAM, affirme le fondateur.

L’organisme utilise les arts de la marionnette pour aider les gens aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Je ne m’attendais pas, avec cette nouvelle administration, à des attitudes aussi dures et violentes par rapport aux groupes communautaires et artistiques.

Richard Bouchard, fondateur de l'École nationale de l'apprentissage par la marionnette

« Je sais qu’on veut faire du ménage et couper, mais on coupe dans des secteurs d’activités qui devraient être sacrés », a martelé Richard Bouchard, en entrevue à l’émission Style libre.

Lundi, le fondateur de l’ÉNAM s’est présenté à la séance du conseil de ville de Saguenay pour sensibiliser les conseillers aux dangers de sabrer les budgets d’organismes comme le sien.

« C’est comme si on retirait 500 $ par personne inscrite à notre programme. Nous, ça nous a mis dans une situation encore plus précaire », poursuit-il.

L’ÉNAM aimerait que Saguenay lui offre un meilleur soutien financier et qu’elle l’accompagne dans son projet de relocalisation.

Appui de Michel Tremblay

Lors de la séance du conseil de lundi, le président de l’arrondissement de Chicoutimi, Michel Tremblay, a fait savoir qu’il n’a pas l’intention de laisser les organismes communautaires en plan.

Il promet de faire le nécessaire pour revoir certaines décisions annoncées.

« Je me suis engagé à vérifier ce qu’on peut faire. C’est sûr que je vais défendre la Saint-Vincent de Paul et les organismes qui aident les gens démunis. C’est sûr que je vais me battre pour eux autres. À toutes les fois que j’entends que des organismes comme ça sont coupés, ça ne fait pas mon affaire », dit le conseiller municipal.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi