Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du jeudi 29 novembre 2018

Voyager au rythme de la musique

Publié le

Louise Malaison et Ghislain Tremblay
Louise Malaison et Ghislain Tremblay posent devant le mur John Lennon, à Prague, en République Tchèque.   Photo : Louise Malaison

Deux ans après avoir pris leur retraite, Louise Malaison et Ghislain Tremblay ont rempli leurs valises et se sont envolés pour l'Europe de l'Est. Les Saguenéens qui s'installent cinq mois par année aux Îles-de-la-Madeleine depuis leur retraite avaient envie de l'air des grandes villes pour leur périple automnal.

Un texte de Johanie Bilodeau

Pendant 23 jours, ils ont sillonné les rues de la Pologne, de la Hongrie, de la Slovaquie, de l’Autriche et de la République Tchèque. Au total, ils ont exploré six villes dans ces cinq pays au lourd passé.

Un train au camp d'Auschwitz Birkenau
Louise Malaison et Ghislain Tremblay ont visité le camp d’extermination de Birkenau, l’un des trois camps du complexe d’Auschwitz, en Pologne.   Photo : Louise Malaison

Outre l’histoire, la musique est l’une des principales raisons qui a mené les jeunes retraités sur le Vieux Continent. Ces pays d’Europe de l’Est ont vu naître de grands compositeurs, comme Chopin, Liszt, Strauss et Mozart. Grands amateurs de musique classique, Louise Malaison et Ghislain Tremblay ont assisté à trois opéras pendant leur périple, de même qu’à un concert de piano de Chopin et à un spectacle de musique classique de Vivaldi.

C’était comme si la musique transpirait partout où on était.

Louise Malaison
L'opéra de Vienne
Le couple saguenéen a assisté à l’opéra Lohengrin du compositeur Richard Wagner, à l’opéra de Vienne, en Autriche.   Photo : Ghislain Tremblay

Parmi ses découvertes, le couple a eu un coup de coeur pour la ville de Budapest, en Hongrie, qui a dépassé ses espérances. Malgré tout, le pays qui a ravi le coeur des voyageurs n’est pas la Hongrie, mais la Pologne. « [Les Polonais] sont des gens extrêmement résilients. Depuis la tombée du rideau de fer, on sent une effervescence extraordinaire en Pologne », soutient la voyageuse.

Budapest
Budapest, en Hongrie, est la ville coup de coeur de Louise Malaison et de Ghislain Tremblay.   Photo : Ghislain Tremblay

Pour ajouter à cette belle aventure, Louise Malaison a souligné son 60e anniversaire à Budapest, en Hongrie. Pour l’occasion, le couple s’est offert un souper-croisière sur le Danube. Un anniversaire qu’ils n’oublieront pas de sitôt.

Ghislain Tremblay et Louise Malaison sur un bateau-mouche
Le couple s’est offert un souper-croisière sur le Danube, à Budapest, en Hongrie, pour souligner le 60e anniversaire de Louise Malaison.   Photo : Courtoisie : Louise Malaison

Questions en rafale avec Louise Malaison et Ghislain Tremblay

  • Votre découverte culinaire? La goulache. C’est une sauce brune et de la viande très tendre servies dans un bol en pain, dont on a retiré une partie de la mie.
  • L’incontournable? Gros coup de coeur pour la ville de Budapest. C’était une découverte vraiment surprenante.
  • Que faut-il essayer? Le bar à lait, en Pologne. C’est un restaurant qui a survécu à l’époque communiste. C’est un endroit où il n’y a rien de beau : les murs sont bruns et l’éclairage est aux néons. Le menu est affiché en polonais sur le mur. On ne sait donc pas trop ce qu’on a commandé parce que la majorité du menu n’est pas traduit en anglais. C’est spécial, parce que, pendant l’époque communiste, quand les gens allaient manger au restaurant, ce n’était pas supposé être plaisant non plus.
  • Quelle émotion vous a le plus habitée pendant votre voyage? La résilience du peuple juif dans toute l’histoire de l’Holocauste.
  • Ce qui vous a été le plus utile dans vos bagages? Définitivement le téléphone intelligent. On voyageait très bien sans, auparavant, mais c’est un outil qui est extrêmement intéressant et qui augmente le plaisir de voyager.
  • Budget respecté ou dépassé? Respecté. On s’était mis une cible avant de partir, mais on n’a pas regardé à la dépense. On y est allés sans restriction. En revenant, on a fait nos comptes et on était exactement dessus.
  • Prochaine destination? Fort probablement l’Italie ou le Pérou. On hésite!
Bratislava
Les jeunes retraités ont visité la ville de Bratislava, en Slovaquie.   Photo : Ghislain Tremblay

Chargement en cours