Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du jeudi 8 novembre 2018

Avaler les kilomètres à bord de sa fourgonnette

Publié le

Stéphanie Tremblay et Johanie Bilodeau discutent dans la fourgonnette devant l'oeil de la caméra.
Notre chroniqueuse Johanie Bilodeau a rencontré Stéphanie Tremblay à bord de la fourgonnette dans laquelle elle voyagera.   Photo : Radio-Canada / Marc Landry

Le jour J arrive à grands pas. Le 12 novembre, Stéphanie Tremblay s'installera confortablement derrière le volant de sa fourgonnette et prendra la route pour quatre mois. La jeune trentenaire quittera seule son Saguenay natal pour traverser les États-Unis et longer la côte ouest américaine jusqu'au Mexique.

La fourgonnette blanche dans un garage
La fourgonnette à bord de laquelle Stéphanie Tremblay va parcourir les États-Unis et le Mexique. Photo : Radio-Canada/Marc Landry

Des arrêts dans différents États ponctueront son parcours, arrêts guidés par ses passions. Elle fera de la randonnée dans le parc national de Yellowstone, au Wyoming, pêchera à la mouche dans des rivières de l’Utah, du Nevada et de la côte ouest de la Californie, puis fera du surf et de la méditation au Mexique. Elle reviendra au bercail à la mi-mars après avoir remonté la côte est américaine.

Stéphanie Tremblay pêchant dans une rivière.
Stéphanie Tremblay est garde-pêche de métier, mais est aussi une grande amatrice de pêche à la mouche.   Photo : Simon Vézina

C’est loin d’être le premier périple de cette voyageuse aguerrie, mais c’est la première fois qu’elle part à bord d’un motorisé qu’elle a elle-même rénové. Du plancher jusqu’aux rideaux, de la douche sur le toit à l’installation d’un système solaire, celle qui n’avait jamais pris un marteau dans ses mains a travaillé fort au cours des dernières semaines.

Stéphanie Tremblay en train de visser dans le plancher de son véhicule.
Au total, Stéphanie Tremblay a travaillé l’équivalent de deux à trois semaines sur sa fourgonnette.   Photo : Camille Blackburn
L'intérieur vide de la fourgonnette
Lorsque Stéphanie Tremblay a pris possession de son motorisé, il était complètement vide. C’était un véhicule de livraison.   Photo : Stéphanie Tremblay

Fin prête, Stéphanie mettra le compteur à zéro dans quelques jours à peine et roulera quelque 25 000 kilomètres à bord de son véhicule.

Vous pouvez suivre son périple sur la page Facebook Van wild life.

L'intérieur de la fourgonnette
La voyageuse a travaillé fort pour rendre son véhicule pratique, tout en y ajoutant une touche de confort.   Photo : Stéphanie Tremblay

Questions en rafale avec Stéphanie Tremblay

-Avez-vous eu des choix difficiles en faisant vos bagages? Bonne question. Ils ne sont pas encore faits.
-De quoi avez-vous le plus hâte? J’ai vraiment hâte de partir toute seule avec ma boussole dans le bois pour capturer mon premier poisson.
-Quelles sont vos principales appréhensions? La mécanique.
-Allez-vous respecter votre budget? Je l’espère.
-Êtes-vous plus photos ou vidéos? Photos, mais j’aspire devenir encore plus vidéos. Je trouve que ça capture l’émotion encore plus.
-Les dernières minutes avant le départ, vous les passerez à faire quoi? Je vais être avec mes proches en train de pleurer peut-être!
-Êtes-vous prête? Oui, je vais être prête.

Stéphanie Tremblay dans sa fourgonnette avec des photos de ses proches au-dessus de la tête
Stéphanie Tremblay amène sa famille et ses amis avec elle pendant son périple, de même que certains buts qu’elle souhaite atteindre au cours de cette aventure. Photo : Radio-Canada/Marc Landry

EN COMPLÉMENT : Voyez le reportage diffusé au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean

Avaler les kilomètres à bord de sa fourgonnette

Chargement en cours