•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conquis par le Maroc

Style libre

Avec Doris Larouche

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Conquis par le Maroc

Rattrapage du jeudi 20 février 2020
Quatre voyageurs et deux dromadaires dans le désert du Maroc

Le groupe de voyageurs, composé de Louise Tremblay, Alain Carrier, Josée Dufour et Guy Tremblay, a déambulé à travers les dunes de l’erg Chegaga, dans le désert du Sahara, au Maroc.

Photo : Courtoisie : Guy Tremblay

Où voyager pour se dépayser complètement? Avec ses influences culturelles diverses, ses dunes de sable et le massif montagneux de l'Atlas qui le traverse, le Maroc était tout désigné pour Guy Tremblay et ses trois complices. Ce pays majoritairement musulman, longé à l'ouest par l'Atlantique et au nord par la Méditerranée, a soufflé le voyageur qui classe le Maroc parmi ses destinations coup de coeur.

Un texte de Johanie Bilodeau

Accompagné de sa conjointe, Josée Dufour, de sa soeur, Louise Tremblay, et de son beau-frère, Alain Carrier, Guy Tremblay a savouré son périple de trois semaines au Maroc au printemps 2017. À peine atterris à Casa Blanca, puis à Marrakech, les deux couples se sont installés dans un véhicule et ont principalement sillonné le sud du pays.

Des objets typiquement marocains

Avec tous ses décors bien différents du Québec, le Maroc a dépaysé les voyageurs.

Photo : Josée Dufour

Une vallée verdoyante au milieu d'un paysage désertique

Le contraste est saisissant dans cette vallée du massif montagneux de l’Atlas, au Maroc.

Photo : Guy Tremblay

Préconisant les coins moins touristiques, les Saguenéens ont traversé des villages de montagne, admiré des palmeraies et longé une partie de la côte ouest pour visiter quelques villes portuaires, dont Essaouira. Parmi toutes ces destinations, la balade en jeep dans le désert où les deux couples ont passé une nuit a été absolument magique pour Guy Tremblay.

Le désert c’est vraiment un coup de coeur pour le dépaysement total et la quiétude. La nuit dans le désert, c’est merveilleux. C’est le silence total. Le ciel est tellement étoilé qu’il en devient blanc. Tu ne peux plus compter les étoiles, c’est incroyable à vivre.

Guy Tremblay
Des bivouacs dans le désert au Maroc

C’est dans ces bivouacs que le groupe a dormi lors de sa nuit dans le désert du Sahara, au Maroc.

Photo : Louise Tremblay

Ce passage au Maroc a permis à Guy Tremblay de déconstruire des préjugés ou des idées reçues sur les pays musulmans. Le voyageur a découvert un peuple très accueillant, respectueux et d’une grande gentillesse. Le groupe a d’ailleurs placé le contact avec les Marocains au coeur de son périple.

Je vais rarement dans les hôtels, je vais plutôt dans les gîtes avec les familles. On est plus en contact avec les gens, donc c’est plus facile de s’imprégner de la culture. Les femmes du quatuor ont initié leurs hôtes à la soupe aux gourganes dont ils possédaient tous les ingrédients sans connaître la recette.

Comme dans tout pays, les grandes villes du Maroc, telles que Marrakech, comptent leur lot d’arnaqueurs. Il ne faut pas juger le Maroc sur les grandes villes et sur ces petits inconvénients. Ça ne donne pas une bonne impression, alors que c’est tout autre, conclut Guy Tremblay.

Un village de pêcheur au Maroc

Le groupe a visité différents villages de pêcheur sur la côte Atlantique du Maroc, dont celui de Taghazout.

Photo : Louise Tremblay

Un âne dans un champ

Les voyageurs ont observé toute sorte de paysages sur la route, au Maroc.

Photo : Josée Dufour

Questions en rafale avec Guy Tremblay

  • Une découverte culinaire? La cuisine marocaine est la meilleure que j’ai goûtée jusqu’à présent. Les tajines, les épices, c’est incroyable. Mon coup de coeur, ce sont les sardines grillées au port d’Essaouira.
  • Météo favorable ou défavorable? Très favorable. La bonne période pour visiter le Maroc c’est le printemps ou l’automne.
  • Simplicité volontaire ou hôtel 5 étoiles? Simplicité plutôt volontaire.
  • Un incontournable? Le désert.
  • Que faut-il essayer? Le hammam traditionnel. C’est un traitement au savon spécial que les Marocains font et c’est vraiment une expérience à vivre. C’est complètement différent de ce qu’on connaît ici.
  • Budget respecté ou dépassé? Respecté.
  • Quelle émotion vous a le plus habité pendant ce périple? La quiétude. La tranquillité.
  • Ce qui vous a été le plus utile dans vos bagages? Drôle à dire, mais c’est la valise qu’on a dû acheter de plus, parce qu’il y a tellement de choses à rapporter du Maroc.
  • Ce qui vous a le plus manqué? Du temps. J’aurais passé deux fois plus de temps au Maroc et je vais même y retourner.
  • Prochaine destination? En avril, on va en Arizona, [aux États-Unis]. Je regardais l’Asie, mais avec ce qui se passe actuellement, on va peut-être retarder un peu. Sinon, j’ai beaucoup d’endroits à visiter.
Une femme faisant du thé au Maroc

Les Marocains ont le sens de l’hospitalité et ont invité les voyageurs à prendre le thé à plus d’une reprise.

Photo : Louise Tremblay

Des olives en vente au Maroc

Le choix d’olives est très varié au Maroc.

Photo : Guy Tremblay

Des cactus dans un jardin au Maroc

Le jardin Majorelle, à Marrakech, a charmé les voyageurs.

Photo : Josée Dufour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi