•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Répondre à l’appel du Japon

Style libre

Avec Doris Larouche

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Répondre à l’appel du Japon

Rattrapage du jeudi 6 février 2020
Un portail flottant sur l'île de Miyajima, au Japon

Le célèbre portail flottant, situé sur l’île sacrée de Miyajima, a complètement charmé Danielle Dubé.

Photo : Danielle Dubé

Danielle Dubé a longtemps rêvé du Japon avant d'y mettre les pieds. « Je pense qu'il faut rêver un voyage d'abord. » À travers l'art japonais, sa cuisine et les haïkus, petits poèmes japonais composés généralement de trois vers et de 17 syllabes, l'auteure s'est finalement envolée pour le Japon en 2014, accompagnée de 9 autres Québécoises.

Un texte de Johanie Bilodeau

Posant les pieds sur le sol japonais grâce au camp littéraire de Baie-Comeau, Danielle Dubé a été à la fois séduite et désorientée par le Japon, pays qu’elle a trouvé raffiné et très civilisé.

Les gens respectent beaucoup certains rituels, rapporte Danielle Dubé. Ils sont très raffinés, très polis [...] C’est très discipliné, pour ne pas dire conforme. [Ils sont raffinés] dans l’art de vivre, dans l’art de servir les gens et de les accueillir. C’est le sens de l’accueil finalement.

La ville d'Hiroshima

La ville d’Hiroshima a été entièrement reconstruite après l’explosion d’une bombe nucléaire le 6 août 1945.

Photo : Danielle Dubé

Danielle Dubé et des daims sur l'île de Miyajima, au Japon

Danielle Dubé a apprécié le contact avec les daims, sur l’île de Miyajima, au Japon.

Photo : Monique Lévesque

Subissant le vertige du choc culturel, dans ce pays où seuls les plus instruits parlent l’anglais et le français, celle qui habite le Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis plusieurs années s’est laissée porter.

Le Japon est peut-être le pays le plus énigmatique où je me suis rendue. Difficile à saisir, parce que les gens sont tellement réservés, mais aussi paradoxal. C’est un pays très moderne, très à l’affût des meilleures technologies, mais qui a gardé ce respect pour la culture ancienne et les rituels.

Danielle Dubé
Un mariage shintoïste sur le sanctuaire flottant de l’île de Miyajima, au Japon

Le groupe de voyageuses a eu le privilège d’assister à un mariage shintoïste sur le sanctuaire flottant de l’île de Miyajima.

Photo : Danielle Dubé

Quelques années après son retour, Danielle Dubé était toujours habitée par le Japon. Au point où elle a écrit un livre sur cette aventure, intitulé Ciel de Kyoto, en hommage à cette ancienne ville impériale qui a complètement conquis son coeur. Quand elle raconte sa baignade nocturne dans le spa d’un ryokan, ancienne auberge typiquement japonaise, on sent toute l’inspiration qui a envahi l’amoureuse des mots.

J’ai eu la chance d’avoir un spa [dans ma chambre] et de prendre un bain de minuit sous le ciel étoilé de Kyoto, se remémore Danielle Dubé avec un sourire dans la voix. J’avais l’impression d’être parmi les étoiles, c’était fabuleux.

Le temple du Pavillon d'or.

Le célèbre temple du Pavillon d’or était un incontournable pour l’écrivaine.

Photo : Danielle Dubé

Bien que complètement charmée par Kyoto, son coup de coeur, la voyageuse a des histoires à raconter sur tous les endroits qu’elle a visités pendant son voyage. De Tokyo aux Alpes japonaises, de Nara à la tristement célèbre ville d’Hiroshima, en passant par l’île sacrée de Miyajima, où les daims sont rois et où la mort n’existerait pas, les souvenirs affluent.

Sur l’île de Miyajima, il y a le fameux portail qu’on voit souvent sur des affiches ou des cartes postales, affirme Danielle Dubé. Le fameux portail aux tours rouges, en bois de camphrier, si magnifique et si grand. C’est le portail d’un temple shintoïste quasiment flottant [...] C’est d’une beauté rare.

Des daims devant le portail de l'île de Miyajima, au Japon

Les daims sont sacrés sur l’île de Miyajima.

Photo : Danielle Dubé

Pour revivre ce séjour marquant au Japon, pour échanger avec les gens, Danielle Dubé a non seulement publié un carnet de voyage, mais a aussi présenté quatre conférences sur le sujet. Ce périple a décidément marqué profondément l’auteure.


Le Japon a eu un grand impact sur moi non seulement sur le plan des connaissances, c’est-à-dire que j’ai l’impression d’apprendre et de découvrir un monde nouveau, mais j’aime aussi être perturbée dans ma vie, essayer de quitter ma quotidienneté agréable. Je ne veux pas tomber dans l’indifférence. La meilleure façon, c’est de déranger sa vie. Découvrir un monde différent du sien. Apprendre à apprécier la biodiversité humaine, si je peux dire, conclut Danielle Dubé.

Le parc du mémorial de la paix d’Hiroshima

Une visite du parc du mémorial de la paix d’Hiroshima s’imposait pour les voyageuses.

Photo : Danielle Dubé

Questions en rafale avec Danielle Dubé

  • Une découverte culinaire? Le sushi maki, sorte de petit cylindre de riz entouré d’algue avec des poissons. J’en avais déjà mangé, mais, au Japon, c’est délicieux.
  • Météo favorable ou défavorable? Favorable en général. Nous étions au printemps, au mois d’avril. C’était frais, agréable.
  • Un incontournable? Le portail [situé sur l’île sacrée de Miyajima] ou le fameux Pavillon d’or qui a inspiré le livre Le Pavillon d’or, de Mishima.
  • Que faut-il essayer? Les ryokans. Il faut vraiment y aller au moins une nuit. C’est une expérience extraordinaire.
  • Budget respecté ou dépassé? Je pense que j’ai un peu dépassé mon budget, de l’ordre quand même de 6000 $ à 7000 $ pour trois semaines. Ça coûte cher, aller au Japon.
  • Le moyen de transport privilégié? Le métro, le train ou le fameux shinkansen, train à haute vitesse qui roule à environ 500 km/h. Un train avec une tête qui ressemble à un béluga, je trouve.
  • Quelle émotion vous a le plus habitée pendant ce périple? Ma complicité avec les autres voyageuses et les guides qui nous accompagnaient, mêlée de ravissement.
  • Ce qui vous a été le plus utile dans vos bagages? Mon petit carnet rouge. J’ai un carnet qui me suit toujours lors de mes voyages. Je prenais des notes ou écrivais quelques haïkus. C’est ma mémoire.
  • Ce qui vous a le plus manqué? La spontanéité, la simplicité. En réaction à la préciosité, parce que c’est un peu austère parfois, la vie au Japon.
  • Prochaine destination? C’est toujours écrire pour moi la prochaine destination, parce que je voyage en écrivant, mais l’Espagne sera le prochain voyage.
Des jeunes paradant lors du festival de Takayama, au Japon

Les voyageuses ont pu participer au festival de Takayama, qui se déroule deux fois par année.

Photo : Danielle Dubé

Une très grande statue de Bouddha

Danielle Dubé a pu admirer cette très grande statue de Bouddha, trônant dans un parc de la ville de Kyoto, au Japon.

Photo : Danielle Dubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi