Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du jeudi 5 septembre 2019

Les Îles-de-la-Madeleine… à pied

Publié le

Joëlle Pineault marche vers un phare aux Îles-de-la-Madeleine.
Les paysages reposants, comme ce panorama de l’Étang-du-Nord, sont nombreux aux Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Bernard Caron

Après avoir marché 2000 kilomètres sur les chemins de Compostelle, en France et en Espagne, Joëlle Pineault et Bernard Caron se sont donné comme défi de faire une longue balade aux Îles-de-la-Madeleine. Le calme de cet archipel québécois et sa nature les a inspirés à parcourir les sentiers « Entre vents et marées », inaugurés en septembre 2017. Un parcours de 230 kilomètres où les longues plages désertes et les paysages de verdure sont au rendez-vous.

Ç’a été du bonheur, du premier au dernier jour [...] On a vu des falaises, des plages, des plages, des plages. Ce qu’on a préféré, c’est marcher tout au bord de la mer, là où le sable est un peu tapé, parce que c’est mouillé. On marchait souvent de grandes journées pieds nus sur les plages.

Joëlle Pineault
Joëlle Pineault pieds nus sur une plage des Îles-de-la-Madeleine
Joëlle Pineault a pu marcher pieds nus à sa guise sur les nombreuses plages des Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Bernard Caron

Au total, le couple qui réside en Montérégie a marché au long de 12 des 13 étapes qui font entre 6 et 28 kilomètres. Comme Joëlle Pineault et Bernard Caron avaient bien planifié en réservant notamment leurs hébergements, ils ont pu profiter des sentiers déserts la tête tranquille.

Tous ces kilomètres ont permis au couple de poser un regard différent sur les Îles-de-la-Madeleine de celui des groupes de croisiéristes ou de ceux qui se déplacent en autobus. Je suis sûre qu’eux n’ont pas la même vision que nous qui avons fait tout le tour [des îles], croit Joëlle Pineault. On peut toucher tous les petits villages, les baies. On apprend à connaître la géographie des îles. C’est vraiment intéressant.

Bien qu’elle ait été charmée par chacune des six îles qu’elle a visitées, Joëlle Pineault a un faible pour l’île de la Pointe-aux-Loups. C’est là que prend naissance la dune du Nord, qui a été une étape magique pour la randonneuse. [On a marché] 16-17 kilomètres, je pense, sans rencontrer personne, affirme-t-elle. Avec les phoques qui nous faisaient des petits coucous et les oiseaux. C’était une journée de soleil, une superbe journée.

Bernard Caron et Joëlle Pineault assis sur un quai aux Îles-de-la-Madeleine.
Bernard Caron et Joëlle Pineault se sont aventurés ensemble sur les sentiers « Entre vents et marées ».   Photo : Joëlle Pineault

La marche sur la plage de la Martinique a aussi été marquante pour Mme Pineault. On a vu ce que c’était, le vent et les tempêtes sur les îles, se remémore Joëlle Pineault avec un sourire dans la voix. C’est la seule journée de pluie et de tempête de vent qu’on a eue. Ç’a été une expérience extraordinaire, malgré qu’on était tout trempés à la fin de la journée.

Joëlle Pineault et Bernard Caron ont tellement aimé leur séjour sur les sentiers Entre vents et marées qu’ils y retourneront à l’été 2020. Cette fois-ci, leur petite-fille de 11 ans les accompagnera. C’est d’ailleurs elle qui a choisi de marcher dans ce coin de pays, après avoir entendu les anecdotes de ses grands-parents. Gageons que de nouveaux beaux moments viendront enrichir la boîte à souvenirs du couple.

Des collines avec de la verdure et des maisons aux Îles-de-la-Madeleine.
La butte des Demoiselles, sur l’île du Havre Aubert, présente un panorama typique des Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Bernard Caron

Questions en rafale avec Joëlle Pineault

  • Une découverte culinaire? La crêpe au loup marin de la crêperie Le Gaboteux à l’île du Havre aux Maisons. C’est un vrai délice!
  • Météo favorable ou défavorable? Deux semaines de beau temps et une température idéale pour la marche. Une seule journée de pluie, mais quelle pluie! Fouettés par le vent. On a adoré!
  • Simplicité volontaire ou hôtel 5 étoiles? Plutôt simplicité volontaire quand c’était possible, mais avec un minimum de confort.
  • Un incontournable? La dune du Nord et ses plages désertes avec les phoques et les oiseaux.
  • Que faut-il essayer? Voyager simplement, lentement, prendre le temps d’admirer et de ressentir.
  • Budget respecté ou dépassé? Respecté. En ayant tout réservé d’avance, on savait à quoi s’attendre.
  • Quelle émotion vous a le plus habité pendant votre voyage? Du bonheur, du premier au dernier jour. J’ajouterais l’émerveillement et un grand sentiment de liberté.
  • Ce qui vous a été le plus utile dans vos bagages? Bernard, mon compagnon! Et un appareil photo pour les merveilleux souvenirs.
  • Ce qui vous a le plus manqué? Absolument rien. Nos sacs étaient légers, mais contenaient tout l’essentiel.
  • Prochaine destination? Cette année, on fera le chemin du littoral portugais pour enfin atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle. [Malgré les 2000 kilomètres que le couple a parcourus sur les chemins de Compostelle, il ne s’est encore jamais rendu jusqu’à la mythique ville de Saint-Jacques-de-Compostelle.]
Une falaise rouge, une plage et la mer aux Îles-de-la-Madeleine
La mer et les falaises rouges font partie des nombreux paysages qu’ont pu observer les marcheurs lors de leur séjour aux Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Joëlle Pineault
Deux maisons rouges aux Îles-de-la-Madeleine
Les maisons colorées contribuent au charme des Îles-de-la-Madeleine.   Photo : Joëlle Pineault

Chargement en cours