•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Explorer le monde un pas à la fois

Style libre

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Explorer le monde un pas à la fois

Audio fil du jeudi 28 mars 2019
Trois personnes marchant dans le désert du Sahara au Maroc

Jean-Pierre Girard observe des paysages à couper le souffle lors de ses nombreux voyages de longue randonnée, comme le désert du Sahara, au Maroc.

Photo : Jean-Pierre Girard

Jean-Pierre Girard pourrait se targuer d'avoir marché environ 20 000 kilomètres au fil de ses voyages, mais il semble que ses pèlerinages l'aient doté d'une grande humilité. Cet homme qui ne se perçoit pas comme un grand marcheur cumule pourtant les voyages de longue randonnée. Sa feuille de route compte notamment 9 chemins de Compostelle, une partie du tour du mont Blanc, une balade de 1000 kilomètres de Besançon à Rome, de même que des randonnées au Pérou et au Népal.

Un texte de Johanie Bilodeau

C’est une façon d’être dans son corps plus que dans sa tête. C’est de voir le monde à 4 ou 5 km/h. [...] C’est vraiment de s’explorer et d’explorer le monde.

Jean-Pierre Girard
Jean-Pierre Girard devant le site maya Tikal au GuatemalaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lors d’un voyage humanitaire, Jean-Pierre Girard a pu admirer le célèbre site maya de Tikal, au Guatemala.

Photo : Lyne Girard

Le Saguenéen d’adoption est continuellement en quête de liberté et d’infini. Pour lui, toutes les longues randonnées sont des pèlerinages et, malgré la peur et la douleur rencontrées sur les chemins, c’est la joie qui est la plus présente.

Le 1er avril, le retraité partira en solo terminer le sentier des Appalaches en autonomie complète. Cette randonnée de 3500 kilomètres longe la côte est américaine du mont Katahdin, dans l’État du Maine, jusqu’au mont Springer, en Georgie. Au fil des années, M. Girard a marché sur différentes portions de ce chemin. Comment j’appréhende ça? Avec peu de stress en fait, affirme avec une douce confiance le voyageur qui en a vu d’autres. Ça va aller.

Les lacs Gokyo dans la vallée de l'Everest au NépalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce point de vue des lacs Gokyo est offert aux randonneurs dans la vallée de l’Everest, au Népal.

Photo : Jean-Pierre Girard

Comme quoi la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, le fils de Jean-Pierre Girard a parcouru le sentier des Appalaches en entier en un seul voyage il y a deux ans. C’est après s’être joint à lui pour un mois que M. Girard a pris la décision d’y retourner pour parcourir les kilomètres restants.

Je ne pensais pas être encore capable de porter 35 livres sur mon dos ou encore, de le faire pendant un mois, confesse-t-il. Ça s’est bien passé. Ç’a été génial.

Le randonneur a pour objectif de marcher en 70 jours les 1300 kilomètres de sentier qu’il lui reste à parcourir, du mont Springer jusqu’à la rivière Virginie. L’attrait des monts Great Smoky, une chaîne de montagnes américaine traversée par le sentier des Appalaches, a aussi pesé dans la balance pour le voyageur qui y voit un beau défi.

Des randonneurs marchant sur une plageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Parmi tous ses chemins de Compostelle, Jean-Pierre Girard a parcouru celui du Nord, en 2006.

Photo : Michaela Petersen

Des montagnes et des vallées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En plein coeur des montagnes, en Espagne, le chemin primitif et celui du Nord se rencontrent (Compostelle).

Photo : Jean-Pierre Girard

Cette aventure sera suivie d’une tout autre expérience, en août prochain. Le retraité se lancera dans la grande traversée des Alpes, le GR5, avec un groupe d’amis. Ensemble, ils marcheront 600 kilomètres en 35 jours, du lac Léman jusqu’à la mer Méditerranée, avec des montées positives quotidiennes de 1000 mètres.

Rien n’est trop grand pour celui qui est féru de longue randonnée.

Jean-Pierre Girard marchant sur un chemin en Espagne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 2007, le voyageur s’est attaqué au chemin français de Compostelle, en Espagne.

Photo : Marie-Claude Fillion-Girard

Questions en rafale avec Jean-Pierre Girard

  • Une découverte culinaire? Le ceviche à Lima, au Pérou.
  • Un incontournable? Le Népal, pour les randonnées sur l’Everest. Il n’y a pas de voitures et c’est trop beau.
  • Que faut-il essayer? Un pèlerinage. Peu importe la distance, qu’il y ait ou non de la spiritualité, c’est quelque chose à vivre dans une vie.
  • Ce qui vous émerveille le plus dans votre quotidien lors de vos voyages de longue randonnée? C’est toujours la beauté de la Terre. C’est incroyable comment elle est immense. Dans les pèlerinages, ce sont les gens qui l’habitent. C’est incroyable comment ils s’adaptent, croient et voient grand. On dirait que c’est leur âme qui s’exprime sur un chemin. C’est vraiment beau.
  • Quelle émotion vous habite le plus lors de ces voyages? La liberté, la joie et la gratitude.
  • Ce qui vous est le plus utile dans vos bagages? Mon passeport. C’est ce qui est le plus difficile à remplacer.
  • Ce qui vous manque le plus? Mes enfants et mes petits-fils.
  • Êtes-vous prêt pour une nouvelle aventure? Bien sûr. J’en ai deux en route cette année.
Des lamas devant une montagne au PérouAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Pierre Girard a capturé ce cliché lors d’une randonnée sur la montagne Ausangate, au Pérou.

Photo : Jean-Pierre Girard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !