•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kubrick et Orwell avaient anticipé notre époque

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

Kubrick et Orwell avaient anticipé notre époque

Audio fil du samedi 1 septembre 2018
Une scène du film adapté du roman de George Orwell, « 1984 »

Une scène du film adapté du roman de George Orwell, « 1984 »

Photo : Getty images/Hulton Archive/Larry Ellis

La présidence de Donald Trump, notamment le discours que tient son gouvernement sur les « faits alternatifs », mène les critiques de cinéma Michel Coulombe et André Caron à la conclusion que George Orwell avait anticipé le monde actuel dans son roman 1984, adapté à l'écran par Michael Radford. Stanley Kubrick avait quant à lui imaginé l'intelligence artificielle actuelle dans 2001 : l'odyssée de l'espace.

Ces films voulaient dénoncer le stalinisme ou même le franquisme, mais ils pourraient servir à critiquer notre époque, selon ce qu’observent Michel Coulombe et André Caron. Dans 1984, qui expose un monde dominé par une figure totalitaire nommée Big Brother, les libertés individuelles et le libre arbitre sont peu à peu réduits à néant.

Aux États-Unis, avec un président qui parle sans cesse de “faits alternatifs”, on pense tout de suite à Orwell et à son ministère de la Vérité, qui corrige le réel pour le mettre en accord avec la vision des autorités.

Michel Coulombe, critique de cinéma
Le critique de cinéma Michel CoulombeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le critique de cinéma Michel Coulombe

Photo : Radio-Canada / Louis-André Bertrand

André Caron fait le même constat au sujet de la « novlangue orwellienne », une langue simplifiée que le gouvernement totalitaire privilégie pour modeler le monde à sa vision, qui peut évoquer la langue utilisée aujourd’hui sur les réseaux sociaux.

Les algorithmes de Facebook nous exposent toujours aux mêmes contenus. Cette réduction de la fenêtre de pensée rappelle aussi l’univers de 1984.

André Caron, critique de cinéma

Une nouvelle adaptation cinématographique de l’œuvre canonique d’Orwell, réalisée par Paul Greengrass et dont la date de sortie est prévue pour 2019, pourrait d’ailleurs proposer une réinterprétation située à notre époque. « Une telle relecture n’avait pas vraiment été possible quand le roman a été adapté pour la première fois au cinéma en 1984, précise Michel Coulombe. Ce nouveau film pourrait être passionnant. »

Stanley Kubrick avait tout compris

Dans 2001 : l'odyssée de l’espace, l'ordinateur Hal est très proche des intelligences artificielles telles qu’elles se sont développées ces dernières années.

André Caron, en studioAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’auteur et critique de cinéma André Caron

Photo : Radio-Canada

C’est surtout la notion de conscience artificielle qui était avant-gardiste. Kubrick explorait l’idée que la machine puisse apprendre par elle-même.

André Caron, critique de cinéma

« Les technologies actuelles sont en effet arrivées à ce stade, poursuit André Caron. Les algorithmes se transforment au fil de leurs interactions avec les humains et avec différents contenus, et les chercheurs se demandent si éventuellement ils développeront une conscience propre. Le film posait déjà toutes ces questions; il était vraiment en avance sur son temps. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi