Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 24 mars 2018

Expérience immersive avec les migrants sur le chemin Roxham

Publié le

Une image faisait partie de l'oeuvre de réalité virtuelle <em>Roxham</em>
Une image faisait partie de l'oeuvre de réalité virtuelle Roxham   Photo : Michel Huneault / ONF

Les migrants haïtiens et africains qui ont commencé à déferler à la frontière québécoise l'an dernier sont des anonymes que nos politiques publiques réduisent à quelques données statistiques. Le photographe Michel Huneault, dans l'expérience immersive Roxham, cherche à y remédier en leur redonnant un visage humain. Une rare mise en relief de la réalité concrète de l'afflux migratoire à la frontière.

Michel Huneault observe depuis plusieurs années les conséquences de la crise migratoire. Il en a fait le sujet de ses reportages en Autriche et en Allemagne en 2015, puis d'une série sur la diaspora haïtienne au Québec, en Turquie et au Mexique, réalisée avec la journaliste Sarah R. Champagne. Cette fois, c'est sur le chemin Roxham, dans un Québec où l'afflux massif de migrants n'est pas habituel, qu'il a posé son objectif. Son travail, une production de l'ONF et du journal Le Devoir, peut aujourd'hui être vu sous la forme d'une exposition hors norme qui utilise la réalité virtuelle et s'appuie sur un montage sonore soigné. Roxham est une expérience photographique atypique.

Sur le chemin Roxham, la première femme que j'ai vue tenter le passage de la frontière a figé au moment où les policiers lui ont dit qu’elle allait être mise en état d'arrestation. Elle a choisi de ne pas traverser. Dans les extraits que j'ai retenus, on entend la vulnérabilité de cette personne, et on voit la profondeur humaine de ce qui se passe lors de ces moments de tension à la frontière. Je cherche à travailler dans cet espace-là, dans la nuance et l'empathie.

Michel Huneault, photographe

Michel Huneault, dans tous ses reportages sur le sujet, se place dans une posture nécessaire mais très délicate. « Il faut témoigner de ce qui se passe, mais il faut aussi respecter l’intégrité et l’image des migrants qui arrivent, explique-t-il. La position d’observateur est complexe. C'est cette expérience que Roxham tente de restituer, en permettant au spectateur d’en expérimenter les dilemmes éthiques. »

Le photographe a fait le choix de ne montrer que les silhouettes des demandeurs d’asile, en les recouvrant d'images de tissus qu'il avait photographiés en 2015 en Europe. Les textiles proviennent de couvertures et de sacs de couchage donnés aux migrants qui tentaient de passer la frontière allemande en 2015. « C'est un travail de superposition photographique qui permet de prendre de la distance, observe-t-il, et de ne pas poser un jugement précis sur la personne photographiée, pour s'intéresser plutôt à la question de la migration au sens large, à l’aventure incroyable et douloureuse que cela constitue. »

Quelques références :

- L'oeuvre immersive ROXHAM, présentée par l'ONF

- Un site de documentation sur l'expérience Roxham

Chargement en cours