Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 3 mars 2018

Pénurie d’eau en Afrique du Sud : une crise politique à prévoir

Publié le

Des Africains pompent de l'eau dans des réservoirs.
Des citoyens du Cap remplissent des réservoirs avec de l'eau prélevée sans traitement dans un ruisseau pollué.   Photo : Reuters / Mike Hutchings

Les autorités sud-africaines ont proclamé l'état de catastrophe naturelle en raison de la pénurie d'eau qui menace l'agglomération du Cap, qui compte près de 4 millions d'habitants. Il y a là, selon François Gemenne, spécialiste des questions de géopolitique de l'environnement et des migrations, « tous les ingrédients pour une crise humanitaire et sociale due à l'inadaptation aux changements climatiques ».

L’Afrique du Sud n’a pas été assez prévoyante, selon la plupart des observateurs. Les risques de pénurie, en effet, sont connus depuis au moins cinq ans, vu l'augmentation constante de la population et de la consommation de l’eau. « Les autorités auraient dû organiser autrement la distribution de l’eau, constate François Gemenne, et il aurait fallu prévoir davantage de mécanismes d’irrigation agricole. »

Au « jour zéro », date fatidique où la ville cessera la distribution d’eau, Le Cap risque de basculer dans un important chaos social opposant les populations les plus pauvres aux populations aisées et aux autorités.

Le Cap est marqué par de grandes inégalités économiques et sociales. L’héritage historique de l’apartheid pèse dans la balance : il y a toujours une forte discrimination envers les habitants des townships. Les gens ne sont pas tous égaux par rapport aux ressources naturelles. On peut s’attendre à des rébellions.

François Gemenne, directeur de l’Observatoire Hugo sur les migrations environnementales de l’Université de Liège

Chargement en cours