•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

Le point de vue de Louise Lanctôt sur la crise d’Octobre

Page couverture d'un livre de Louise Lanctôt intitulé Une sorcière parmi les felquistes. Journal de la crise d'Octobre.

La page couverture du livre de Louise Lanctôt

Photo : Le Scriptorium

« La crise d'Octobre, c'était au départ un groupe qui voulait faire un enlèvement. On passait de mettre des bombes [pour faire sauter des] monuments à quelque chose d'un peu plus réel avec la prise d'otages », affirme Louise Lanctôt, qui faisait partie de la cellule du Front de libération du Québec (FLQ) responsable de l'enlèvement du diplomate britannique James Richard Cross. Dans le livre Une sorcière parmi les felquistes : journal de la crise d'Octobre, elle révèle certains faits sur les événements ayant eu lieu l'été précédant la crise, dans le but de « permettre aux gens, à partir des faits, d'en faire une analyse ».

Louise Lanctôt rappelle qu’à cette époque le peuple québécois était « méprisé » et considéré comme étant du « cheap labor ». À cet égard, deux tendances constituaient la vision du FLQ : « Une qui garde toujours un certain romantisme, […] et une branche beaucoup plus radicale, qui était ce que j’appelle des jusqu’au-boutistes, qui voulait aller jusqu’à l’assassinat politique. »

Selon Louise Lanctôt, la mort du ministre libéral Pierre Laporte a été une horreur pour tous les felquistes. « On sait que le capital de sympathie du FLQ est tombé complètement avec la mort de Laporte », explique-t-elle.

Enfin, dans son livre, Louise Lanctôt révèle une information explosive : les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) savaient où étaient cachés les felquistes avec leurs otages, et ils ne sont pas intervenus pour les libérer.

Les gestes, c’est nous qui les avons posés. J’en assume la responsabilité à 100 %. Ce que j’ai voulu faire, 50 ans après, c’est de donner aux gens les faits, de façon à ce qu’on puisse, à ce moment-là, en faire une analyse correcte. […] Je ne veux pas que ce moment historique soit glorifié.

Louise Lanctôt

Référence :

Une sorcière parmi les felquistes : journal de la crise d’Octobre, de Louise Lanctôt, Éditions Le Scriptorium (2020)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi