•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

Cet intrigant métier d’ambassadeur

Guy St-Jacques, ancien ambassadeur du Canada en Chine.

Guy St-Jacques, ancien ambassadeur du Canada en Chine

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

Il y a quelques jours, le nouvel ambassadeur de Chine au Canada, Cong Peiwu, présentait ses lettres de créance à la gouverneure générale, Julie Payette. Certains pourraient y voir une vieille tradition diplomatique et protocolaire sans grandes conséquences. Or, les lettres de créance de l'ambassadeur représentent un élément au cœur même du grand jeu politique mondial. Joël Le Bigot en a profité pour rencontrer Guy Saint-Jacques, ancien ambassadeur du Canada en Chine, et pour discuter avec lui de ce métier complexe.

Pour être un bon ambassadeur, il faut savoir interpréter les messages, dans tous les sens du terme, et surtout, bien connaître les codes culturels du pays, selon Guy Saint-Jacques. « L’ambassadeur, s’il joue bien son rôle, va aplanir les difficultés et il va choisir la façon de livrer un message quand il y a un message difficile à livrer, et dans le cas de la Chine, naturellement, il y a beaucoup de préoccupations. » Celui qui a fait ce métier pendant quatre ans est bien conscient que l’ambassadeur a beaucoup de pouvoir, mais qu’il doit l’utiliser intelligemment.

Je dirais que ce métier-là va de l’insignifiant au sublime.

Selon Guy Saint-Jacques, il faut être un bon gestionnaire et devenir ami avec beaucoup de leaders, que ce soit dans le monde des affaires, des communications ou des universités. De plus, avec l’ère des médias sociaux et la rapidité des communications, le métier d’ambassadeur est devenu beaucoup plus complexe au fil du temps, à son avis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi