Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 21 septembre 2019

La douloureuse fouille de Michel Rivard dans son passé

Publié le

Michel Rivard au micro de Joël Le Bigot.
Michel Rivard   Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

« Je suis représentatif d'une époque. » Dans son nouveau spectacle, L'origine de mes espèces, l'ex-membre du groupe Beau Dommage fait l'inverse de ce qu'il a toujours fait : il livre des récits entrecoupés de quelques chansons. C'est bel et bien le texte, basé sur l'histoire de ses parents et de sa famille, qui motive cette nouvelle rencontre avec le public. Pour lui, l'expérience est thérapeutique. Michel Rivard raconte à Joël Le Bigot comment le désarroi de ses parents a influencé son choix de carrière, et interprète une chanson extraite du spectacle.

L’artiste ne le cache pas : il croit que ses parents ont été malheureux. « Je pense que c’était une union basée, au départ, sur un incident de parcours, souligne-t-il. De nos jours, ils se seraient peut-être séparés après six mois. »

Pour cette raison, il a attendu leur décès pour concevoir L’origine de mes espèces. « Pas d’une manière consciente, précise-t-il. Je m’apercevais que je retenais quelque chose. Pas parce que [leur histoire] est unique ou épouvantable, mais je retenais certaines choses tout simplement pour ne pas leur remettre ça en pleine face. »

Transmission

Dans ce spectacle basé sur des anecdotes personnelles, et non professionnelles, il ne s’attarde donc pas à sa carrière, mais bien au milieu d’où il vient. « Un des résultats de cette recherche-là, c’est de comprendre pourquoi, moi, dans la vie, j’ai toujours été plus touché par les chansons mélancoliques, affirme-t-il. Ça vient de quelque part; ça vient d’une maman qui était foncièrement mélancolique, qui ne se trouvait pas dans la vie. Ça s’exprimait par son amour de la poésie [et] son amour de la musique, qu’elle m’insufflait sans le savoir. »

Chargement en cours