•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Histoire d'immigration réussie : une vie québécoise pour la famille bosniaque de Samra Grahic

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

Histoire d'immigration réussie : une vie québécoise pour la famille bosniaque de Samra Grahic

Audio fil du samedi 1 juin 2019
Samra Grahic, vêtue d'un pull rouge, sourit au micro du studio 18

Samra Grahic est stagiaire à notre émission

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

Fuyant la guerre en Bosnie, les parents de notre stagiaire Samra Grahic ont d'abord vécu en Allemagne, où elle est née. Forcés de rentrer en Bosnie en 1998, ils l'ont ensuite quittée à nouveau l'année suivante, laissant derrière eux un pays dévasté. Leur vie au Québec, en français à Granby, a permis aux parents de réaliser leur rêve d'offrir à leurs enfants de meilleures perspectives. Notre stagiaire nous raconte cette belle histoire.

À 24 ans, maintenant montréalaise, Samra Grahic est finissante à la maîtrise en études internationales, cheminement cultures, conflits et paix, à l’Université de Montréal. Elle parle français, anglais et bosniaque, cette dernière langue lui permettant de se sentir toujours très bosniaque même si elle a grandi et a été éduquée au Québec.

Au micro de Joël Le Bigot, elle fait entendre les douces sonorités de cette langue proche des inflexions du russe et du turc. Elle se souvient de certaines difficultés lors de son apprentissage du français. « Je ne comprenais pas pourquoi, par exemple, il y a deux “s” dans le mot “poisson”. En orthographe bosniaque, on écrit tout simplement comme on parle. »

L'entrevue se termine sur la chanson populaire bosniaque Nesto lijepo treba da se desi, interprétée par Dino Merlin, de son vrai nom Edin Dervishalidovic. Originaire de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, il est l'un des chanteurs, musiciens et paroliers les plus célèbres de la Bosnie et des pays de l’ex-Yougoslavie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi