Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 4 mai 2019

Changements climatiques : les décideurs doivent se responsabiliser

Publié le

Un quartier inondé  à Ste-Marthe-sur-la-Lac
Pour le gouvernement fédéral, la préparation au changement climatique passe par l’investissement.   Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Les gouvernements sont-ils trop prompts à se déresponsabilser des problèmes environnementaux, sous prétexte que les dérèglements climatiques sont inéluctables? « Oui et non », répond Alain Bourque, directeur général du pôle de recherche en climatologie Ouranos. « L'inquiétude climatique des décideurs est sincère, mais peu compatible avec leur horizon à court terme sur des mandats de quatre ans », dit-il.

Même si elle arrive un peu tard, l'inquiétude des décideurs semble réelle, et elle leur permet de constater que nos infrastructures sont désuètes et que notre aménagement du territoire n’a pas été fait en fonction des risques d’inondation. Je crois qu'ils sont conscients de leurs torts, même si leur capacité et leur volonté d'agir semblent limitées.

Alain Bourque, directeur général d'Ouranos

Il y a bien, de la part de nos gouvernements, une certaine tendance au « dédouanement », selon Alain Bourque. L’exemple actuel des inondations au Québec en témoigne, comme d’ailleurs celui des feux de forêt en Alberta, résultats de la négligence du passé. « Des villes se sont développées de manière frénétique en Alberta, en bordure des forêts, sans que personne ne se soucie à l’époque des risques de feux de forêt – qui étaient pourtant connus », affirme le chercheur.

Ne soyons néanmoins pas trop défaitistes

Si, pour contrer les changements climatiques, une action à plus long terme que celle que permettent les mandats politiques est nécessaire, il faut se réjouir de la prise de conscience actuelle des décideurs, estime Alain Bourque.

La sensibilisation aux changements climatiques pousse les décideurs à discuter des questions de fond, à parler des solutions envisageables et, ce faisant, à faire une réflexion au sujet du passé pour voir ce qui a été mal fait, identifier les vulnérabilités de nos infrastructures et ce qui doit être fait pour ne pas répéter les mêmes erreurs.

Alain Bourque

Chargement en cours