Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 27 avril 2019

Léonard de Vinci : un personnage dont il faut nuancer les exploits

Publié le

Dessin de Léonard de Vinci.
Dessin de Léonard de Vinci   Photo : iStock / pictore

Léonard de Vinci était un homme d'exception, mais, 500 ans après sa mort, les recherches montrent que son apport au monde artistique et industriel a été largement exagéré par les intellectuels du 19e siècle, aveuglés qu'ils étaient par le savoir-faire technique de cet artiste alors qu'ils évoluaient en pleine révolution industrielle. Le chercheur Benjamin Deruelle, également professeur d'histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), apporte les nuances nécessaires.

Pendant presque 200 ans après sa mort, l'œuvre de Leonardo da Vinci, de son nom italien, a été presque oubliée. L'un de ses étudiants, chargé de continuer à diffuser le contenu de ses célèbres carnets de dessin, a échoué à susciter l'intérêt de ses contemporains, et ses propres enfants et petits-enfants n'ont pas jugé bon de perpétuer le travail du maître. Lorsque ces carnets ont été redécouverts à la fin du 18e siècle, ils ont suscité un enthousiasme que de nombreux chercheurs considèrent aujourd'hui comme un peu démesuré. La précision de ses dessins sur la mécanique et le génie hydraulique l'ont hissé, aux yeux des intellectuels du 19e siècle, au rang de pionnier des sciences modernes.

Aujourd'hui, on se rend compte qu'il nous manque trop d'informations sur sa vie, et trop d'éléments de son œuvre, pour lui accorder le statut de génie qui est le sien dans l'imaginaire populaire. Il ne s'agit pas de déconstruire complètement le mythe, mais de le nuancer.

Benjamin Deruelle, professeur d’histoire à l’UQAM, membre du Groupe de recherche en histoire des sociabilités et chercheur permanent à l’Institut de recherches historiques du Septentrion

On sait néanmoins depuis toujours que son travail de peintre a été reconnu de son vivant. « D’autres peintres faisaient le voyage d’Europe pour venir observer de près sa peinture d’une scène de guerre, La bataille d’Anghiari. Il incarnait l'esprit de son époque en combinant parfaitement art et ingénierie. Une bonne partie des recherches qu’il a entreprises, tant en optique qu’en médecine ou qu’en mécanique, ont un objectif artistique : représenter la perfection de la nature, pour atteindre une certaine représentation du divin », indique le chercheur.

En complément :

Leonardo da Vinci – 500 ans de génie, une exposition à voir au Musée des sciences et de la technologie du Canada, à Ottawa, du 2 mai au 2 septembre
- Des informations (en anglais) et une vidéo montrant l'ampleur de cette exposition immersive sur écrans, réalisée par Grande Exhibitions (Australie)
- La Joconde réinventée, au cœur de cette même exposition

Chargement en cours