•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

Les alertes sur nos téléphones nous font saliver comme des chiens de Pavlov

Audio fil du samedi 17 février 2018
Une main tenant un téléphone intelligent dont l'écran affiche trois notifications.

Les alertes et notifications de nos téléphones agitent davantage notre cerveau qu'on le croit.

Photo : iStock

Comme les chiens qui se mettaient à saliver dès qu'il entendaient la cloche de Pavlov annonçant l'arrivée de nourriture, nous sommes des chiens de Pavlov de l'ère numérique : chaque vibration ou petit son émis par notre téléphone intelligent provoque une stimulation de dopamine dans notre cerveau. Les recherches sur le sujet montrent que cela fait naître des comportements similaires à ceux des personnes dépendantes au jeu.

L’anticipation est plus puissante que le message lui-même. Les études les plus récentes sur la dépendance à nos téléphones intelligents tirent des conclusions s'apparentant à celles de Pavlov et ses célèbres recherches sur les chiens. Les alertes émises par nos téléphones activent la région du cerveau qui est stimulée par la promesse de récompense.

Le chroniqueur techno Stéphane Garneau

Les comportements associés à la réception des alertes et notifications de nos téléphones intelligents sont les mêmes que ceux des joueurs de machines à sous, selon des études. Stéphane Garneau nous résume les effets : impossibilité de résister à l’impulsion, tension croissante avant d’initier le comportement, plaisir ou soulagement au moment de l’action et perte de contrôle sur le comportement.

Nombreux sont les spécialistes du numérique à sommer Apple, par exemple, de donner l’exemple en proposant un iPhone qui crée moins de dépendance. « Apple se défend en disant que la promotion de ces comportements de dépendance ne fait pas partie de son modèle, explique Stéphane Garneau. Ce sont plutôt les développeurs d'applications, par exemple ceux qui produisent Instagram ou Snapchat, qui envoient ces notifications et encouragent les utilisateurs à cet état d'alerte permanent. Reste que des mécanismes pourraient être mis en place par Apple : nos téléphones pourraient par exemple nous alerter quand nos comportements en ligne deviennent problématiques. Ce serait bon pour l'image de l'entreprise de procéder ainsi. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi