Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot
Audio fil du samedi 27 janvier 2018

En souvenir de Jacques Languirand

Publié le

Jacques Languirand avec des écouteurs sur la tête pointe du doigt, dans un studio de radio de Radio-Canada.
Jacques Languirand dans le studio de Joël Le Bigot en 2012.   Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

Souvenons-nous du grand communicateur qu'était Jacques Languirand et de son important legs théâtral. L'animateur bien connu des auditeurs de Radio-Canada, qui souffrait depuis quelques années de la maladie d'Alzheimer, est mort le 26 janvier. Joël Le Bigot et Edgar Fruitier, en recourant à leurs souvenirs et aux archives de l'émission, évoquent le talent et l'érudition de leur ex-collègue Jacques Languirand.

« Au sujet de sa vie intime controversée, nous n’en savons pas plus que vous », précise d’emblée Joël Le Bigot.

Pour se souvenir de Jacques Languirand, l’équipe de Samedi et rien d’autre a retrouvé dans les archives l’extrait d’une entrevue diffusée en 2012, dans laquelle l’animateur, encore lucide mais déjà conscient de la maladie qui l’afflige, racontait « la difficulté de s’observer perdre accès à ses propres idées et à arriver au bout d’une histoire ». Un moment de radio touchant.

Tous, à Radio-Canada, nous avons appris à travailler en écoutant Jacques Languirand.

Joël Le Bigot

Notre animateur se souvient que Jacques Languirand aimait « analyser sa manière de communiquer » et qu’il prétendait animer « de façon quadrillée ». De ce grand homme de radio, Joël Le Bigot dit avoir appris l’importance des silences et la manière de les rendre signifiants.

Languirand, l’homme de théâtre
Notre collaborateur Edgar Fruitier, qui a connu Jacques Languirand au théâtre, évoque le souvenir heureux des représentations de sa comédie musicale Klondyke, créée au Théâtre du Nouveau Monde en 1965 avec le compositeur Gabriel Charpentier. Rare pièce québécoise à l’affiche sur une grande scène montréalaise à cette époque, elle avait aussi été choisie pour représenter le Canada au Festival du Commonwealth à Londres.

« J’étais aussi de l’aventure de sa première pièce, raconte Edgar Fruitier. Elle s’intitulait Les insolites et elle a marqué l’arrivée sur les scènes du Québec du théâtre de l’absurde. On ne jouait pas encore Ionesco à cette époque au Québec, et Languirand était un grand passionné de cette écriture. »

À lire, à voir et à écouter :
- Un reportage de Louis-Philippe Ouimet
- La dernière de l'émission Par 4 chemins, animée par Jacques Languirand, le 29 mars 2014
- Le compte rendu de la dernière émission animée par Jacques Languirand en 2014

Chargement en cours