•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi et rien d'autre

Avec Joël Le Bigot

Le samedi de 7 h à 11 h

La vidéoconférence fatiguerait les utilisateurs pour des raisons techniques

Une femme portant des écouteurs discute avec une autre femme par vidéoconférence sur ordinateur.

Le télétravail fait partie de nos vies en temps de pandémie. Les réunions avec les collègues restent importantes.

Photo : iStock

Bien qu'elle soit un élément essentiel du télétravail pour plusieurs, la vidéoconférence n'est pas sans défauts. D'ailleurs, il semblerait que son utilisation fatigue le cerveau, entre autres. Dans sa chronique, Stéphane Garneau souligne que les utilisateurs peuvent se sentir fatigués ou même anxieux et déconnectés de la réalité, à force de communiquer par vidéoconférence.

Selon Stéphane Garneau, les effets négatifs ressentis lors d'une vidéoconférence pourraient notamment s’expliquer par les délais de connexion, les problèmes de son et l'absence d'une image claire.

Quand ces choses-là se produisent, notre cerveau essaie de communiquer normalement et donc de [combler toutes ces lacunes] au moment où [elles] se produisent. Le cerveau travaille plus fort et cela nous fait ressentir du malaise; cela fatigue le cerveau.

Stéphane Garneau, chroniqueur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi