Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot.
Audio fil du samedi 1 juin 2019

Maternelle 4 ans : et si l'on observait l'exemple européen

Publié le

Des pupitres dans une classe de maternelle
Des pupitres dans une classe de maternelle   Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Vus de la France, les débats houleux sur le projet de maternelle 4 ans au Québec étonnent. Tous les pays européens envoient leurs enfants à la maternelle dès l'âge de 3 ou 4 ans depuis des décennies – à l'exception de l'Allemagne qui s'y est mise plus récemment. « Ce système public universel a de grands avantages, notamment parce qu'il réduit les inégalités », analyse le chroniqueur Christian Rioux.

« L’Europe, c’est le paradis des maternelles », souligne Christian Rioux, qui a connu successivement les systèmes d'éducation québécois et français, car son fils a d'abord fréquenté l'équivalent d'un CPE à Montréal, puis la maternelle 4 ans à Paris. Sa fille est pour sa part entrée à la maternelle en France à l'âge de 3 ans. « Cela m'a semblé beaucoup trop tôt, dès 3 ans, et je trouve que le système français exagère un peu. Par contre, l'année suivante, à l’âge de 4 ans, cela me semble tout à fait convenable. »

La maternelle a un certain nombre d’avantages sur les CPE, surtout parce que c’est un système public universel gratuit, avec toutes les exigences que cela comporte. On est ainsi assurés que, partout sur le territoire, l'enfant est accompagné par des enseignantes ayant reçu la même formation, intégrant des éléments de didactique et de pédagogie.

Christian Roux, chroniqueur
Le chroniqueur Christian Rioux dans le studio 18 de Radio-Canada
Le chroniqueur Christian Rioux Photo : Radio-Canada/Laurent Boursier

À une époque où le taux d'analphabétisme est préoccupant au Québec et pendant que des problèmes d’écriture et de lecture touchent un nombre grandissant de jeunes, notre collaborateur croit nécessaire de mettre en place les maternelles 4 ans. « Les CPE font un travail formidable pour assurer le bien-être de l’enfant, mais une maternelle est sans doute mieux habilitée à préparer l'enfant à l’apprentissage de la lecture, dit-il. On sait que, en cette matière, le plus tôt est le mieux. »

La maternelle 4 ans serait également importante pour assurer la francisation des enfants d'immigrants, nombre d'entre eux ne parlant pas français à la maison.

Chargement en cours