Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Joël Le Bigot
Audio fil du samedi 2 mars 2019

Orchestres symphoniques : les femmes prennent leur revanche

Publié le

Au micro, tenant son prix entre les mains, Jennifer Higdon sourit, sa tête tournée vers la gauche. Elle est vêtue de noir et se détache d'un décor bleuté.
La compositrice Jennifer Higdon reçoit un prix Grammy à New York le 28 janvier 2018   Photo : Getty Images / Theo Wargo

Elles ont longtemps été à l'ombre des chefs et des musiciens, dissimulées derrière le masculin, mais les voici enfin à l'avant-plan. Pendant que les orchestres redécouvrent certaines musiciennes prodiges du passé, comme Hélène de Montgeroult, les compositrices contemporaines comme Jennifer Higdon sont hautement célébrées de leur vivant, selon notre chroniqueur Christophe Huss.

Il y a de plus en plus de femmes chefs d'orchestre, et des ensembles comme l’Orchestre métropolitain, dirigé par Yannick Nézet-Séguin, en font l’objet de programmations entières. Après des décennies d’« invisibilisation » des femmes, les orchestres tentent en quelque sorte de rattraper le temps perdu.

Il y a un courant très fort. Les femmes sont majoritaires dans les conservatoires et ont pourtant toujours été minoritaires à la tête des orchestres ou dans les postes de mise en scène, mais le vent tourne.

Christophe Huss, critique musical

À l’époque romantique aussi

Des compositrices font pourtant partie du paysage depuis toujours et ont influencé la musique au fil de toutes les époques. Hélène de Montgeroult, oubliée pendant près de 200 ans, est aujourd'hui considérée comme celle qui, dans l'histoire de la musique, a fait le pont entre Mozart et Schubert. Elle a eu cette idée que la musique de piano devait être comme du chant.

« Elle était farouchement en avance sur son temps, explique Christophe Huss. Tout le monde l’avait oubliée jusqu’à la parution d’un disque de la pianiste Edna Stern en 2017 sous étiquette Orchid Classics. »

Et la revanche s'organise

Autre époque, autres mœurs. Sur la scène contemporaine, l’une des œuvres les plus jouées par les orchestres américains est celle d’une compositrice prodigieuse, Jennifer Higdon, qui vit une situation contraire à celle d’Hélène de Montgeroult en étant hautement célébrée de son vivant.

Née en 1962 à Brooklyn, Higdon est en quelque sorte le symbole de la revanche des femmes en musique. Sa pièce Blue Cathedral, faite de touches de flûte et de clarinette dans une composition très raffinée et très accessible, a été jouée plus de 600 fois depuis sa création, par de très nombreux orchestres.

Christophe Huss, critique musical

À lire :

« Yannick Nézet-Séguin embrasse la cause féminine », par Christophe Huss, dans Le Devoir, 2 mars 2019

À écouter :

L'entrevue avec Suzie LeBlanc, du Studio de musique ancienne de Montréal, au sujet de L'Italie baroque au féminin, en dernière heure de notre émission

Chargement en cours