Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie-Claude Luneau
Audio fil du mardi 4 décembre 2018

Financement des universités : un nouveau modèle défavorable pour l’UQAT

Publié le

Denis Martel est le nouveau recteur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Denis Martel, recteur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue   Photo : Radio-Canada / Vincent Desjardins

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) pourrait perdre plusieurs millions de dollars si le nouveau mode de financement des universités annoncé au printemps par les Libéraux va de l'avant.

Deux enveloppes sont plus spécifiquement en danger, dont celle des missions régionales des universités, qui représente 3,6 millions de dollars.

En tout et partout, pour les cinq universités en région du réseau de l'Université du Québec, c'est-à-dire Trois-Rivières, Chicoutimi, Rimouski, l'Outaouais et nous, c'est un 15 millions, grosso modo, qui n'a pas été remis dans le nouveau modèle de financement appliqué depuis mai dernier. C'est un 6 à 7 % de coupures budgétaires, indique le recteur de l'UQAT, Denis Martel.

La mission régionale de l'UQAT touche notamment les Autochtones, les mines et la forêt.

Une autre enveloppe

Un autre 2,5 millions de dollars en financement pourrait être perdu d'ici quelques années.

On l'a perdu parce que le ministère constate que nous coûts sont plus élevés que la moyenne, donc ils disent "pour ne pas faire un choc trop brutal, on va vous accorder un montant 2,5 millions cette année, l'an prochain ce sera 1,7 million et dégressif comme ça". Donc, on va arriver à perdre ce montant-là. Le ministère reconnaît véritablement qu'on a des coûts plus élevés que les autres institutions, mais au lieu de compenser, il nous pénalise en quelque sorte, explique le recteur.

Le recteur voit toutefois une lumière au bout du tunnel, puisque le nouveau ministre de l'Éducation de la CAQ semble montrer une sensibilité à cette problématique.

Chargement en cours