Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie-Claude Luneau
Audio fil du vendredi 30 novembre 2018

Drogue du viol : appel à la vigilance

Publié le

Un cocktail sur le comptoir d'un pub d'Halifax.
La police est incapable de fournir des statistiques sur la manipulation des boissons alcoolisées.   Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le Centre d'aide et de prévention des agressions à caractère sexuel de Rouyn-Noranda, Le Point d'appui, lance un appel à la vigilance contre le GHB, aussi appelé la drogue du viol.

L'organisme précise avoir reçu des demandes d'aide de la part de femmes et de différents groupes et partenaires en lien avec l'utilisation de cette substance dans le but de commettre des agressions à caractère sexuel sur le territoire de Rouyn-Noranda.

Le premier réflexe est de protéger sa consommation, mais comme le précise l'intervenante du Point d'appui, Julie Côté, toute la responsabilité n'a pas à reposer sur les épaules des victimes ciblées.

De dire aux femmes de se protéger c'est une chose, mais ce qu'on veut défaire, c'est de culpabiliser. On veut aller du sens inverse pour être des témoins actifs pour que ça arrête. Si on est témoin, prendre position. Si on voit quelqu'un mettre du GHB dans un verre, c'est de le dire ou avertir les gens autour qu'il y a un danger, affirme Julie Côté.

Aller chercher de l'aide

Le Point d'appui demande au public de redoubler de vigilance et à dénoncer les cas d'intoxication ou d'aller chercher de l'aide pour le faire, ajoute l'intervenante.

D'après moi, les gens ne savent pas comment réagir ou ont peur de prendre position. Ils peuvent aussi avoir peur de la personne ou des répercussions de dénoncer, ce pour quoi on invite à aller chercher de l'aide si on n'est pas à l'aise, fait valoir Julie Côté.

Le centre invite les éventuels témoins à agir en s'assurant de la sécurité d'une personne qui aurait pu consommer ce type de substance afin d'éviter de possibles agressions en repérant aussi les signes d'une intoxication comme le manque d'inhibition, un effet de somnolence, une personne anormalement calme ou euphorique.

Chargement en cours