Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie-Claude Luneau
Audio fil du lundi 11 juin 2018

Des solutions pour remplacer le plastique d'emballage

Publié le

Des filets de saumon sous vide
Des filets de saumon   Photo : iStock

De plus en plus d'efforts sont consentis, tant par des municipalités que par des particuliers, pour réduire l'utilisation de plastique, que ce soit pour les sacs dans les commerces ou pour les pailles dans les restaurants. Quelles solutions de rechange peut-on utiliser pour réduire son empreinte écologique?

C'est la question à laquelle Michel Lemay, coordonnateur des événements au Groupe Éco-citoyen (GECO) de Rouyn-Noranda, a répondu en entrevue à Région zéro 8.

Il existe des solutions! On n'a qu'à demander à nos grands-parents comment ils faisaient l'épicerie pour avoir notre réponse.

Michel Lemay

Les fruits et légumes, par exemple, n'ont pas besoin d'être emballés dans du cellophane ou un sac de plastique. « On dit souvent que c'est une question de salubrité, mais si on regarde, on voit que les mêmes fruits et légumes juste à côté ne sont pas emballés, alors c'est surtout une question de marketing », soulève Michel Lemay.

Il est également possible de réduire son utilisation de petits sacs refermables (style Ziploc) en cousant ses propres sacs à collation réutilisables, dans des tissus qui n'adhèrent pas à la nourriture.

Vers les bioplastiques?

Les bioplastiques pourraient également être une solution à long terme. « Surtout que le compostage deviendra obligatoire d'ici 2020 dans toutes les municipalités du Québec », souligne Michel Lemay.

Un bioplastique est fait à 100 % de fibres végétales, comme le papier ou le carton. « Ça coûte un peu plus cher pour les commerçants, c'est pour ça qu'on en voit un peu moins, et c'est plus difficile à décomposer dans votre compost à la maison », précise-t-il toutefois.

Des municipalités pourraient tout de même arriver à faire le compost de bioplastiques par l'entremise des compagnies de traitement des matières résiduelles, selon Michel Lemay.

Le styromousse, deuxième ennemi des écologistes

Les bouteilles de plastique ne sont pas les seuls ennemis des écologistes. Les barquettes de styromousse aussi leur causent des maux de tête.

« Présentement, ces barquettes-là ne sont pas recyclées, mais ont le potentiel de l'être, indique le coordonnateur. C'est une matière qui est extrêmement légère, qui prend énormément d'espace pour un kilo de matière, donc ce n'est vraiment pas rentable pour les écocentres de prendre de l'espace de récupération pour ça », spécifie-t-il.

En attendant de trouver une solution, le GECO conseille d'apporter vos plats réutilisables lors de vos emplettes à la boucherie, par exemple.

Chargement en cours