Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie-Claude Luneau
Audio fil du mercredi 16 mai 2018

Attirer des médecins en région est difficile, surtout en Abitbi-Témiscamingue

Publié le

Un stéthoscope de médecin.
Un stéthoscope de médecin.   Photo : Radio-Canada / Radio-Canada.ca

L'Abitibi-Témiscamingue peine à attirer des médecins résidents en médecine. La situation est particulièrement alarmante à Amos et La Sarre, qui n'ont réussi à combler qu'un seul des six postes qui leur avaient été attribués.

Un texte de Jocelyn Corbeil

Au Québec, il y a actuellement 65 postes disponibles de médecins résidents spécialisés en médecine familiale, selon le Service canadien de jumelage des résidents. La majorité de ses postes sont en régions.

Selon un article du Devoir, 19 des 22 postes de résidences disponibles dans la région n'ont pas été comblés.

Les régions comme l'Abitibi-Témiscamingue sont durement touchées par le manque d'intérêt des étudiants pour la médecine familiale.

Difficile, dans ce contexte, d'attirer les nouveaux diplômés et les inciter à débuter leur pratique dans la région, selon la docteure Yolaine Sauvageau, chef de l'unité de médecine familiale Les Eskers d'Amos.

« Dans les dernières quatre années, il y a eu beaucoup de battage médiatique, beaucoup de changements au niveau de la santé, beaucoup de choses négatives qui ont eu un impact sur les externes, les étudiants en médecine, qui veulent choisir une orientation et qui ont probablement contribué à un creux important », souligne-t-elle.

Pour le président de la Fédération des médecins résidents du Québec, le docteur Christopher Lemieux, il faut aussi mettre en valeur la pratique de la médecine dans les régions.

« Je pense qu'il y a aussi le facteur promotion de ces milieux-là, parce qu'avant, beaucoup plus d'efforts pour faire découvrir les régions incluant l'Abitibi étaient mis. Avec tous les changements ça a été délaissé », souligne-t-il docteur Christopher Lemieux.

Le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue plaide que le recrutement ne passe pas strictement par les Unités de médecine familiale et dit poursuivre ses démarches en ce sens.

Par ailleurs, le chef de la CAQ, François Legault, estime qu’en avantageant les médecins spécialistes, les Libéraux ont éteint l'intérêt des étudiants en médecine familiale.

Il croit que ce sont maintenant les régions qui subissent les conséquences de cette mauvaise gestion

Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue est toujours en attente d’une réponse de la part du cabinet du ministre de la Santé Géatan Barrette.

Pour écouter l’entrevue complète de la Dre Yolaine Sauvageau, diffusée à Région zéro 8, consultez notre audiofil.

Chargement en cours