Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Félix B. Desfossés animateur de Région zéro 8
Audio fil du jeudi 26 avril 2018

Christine Moore s'inquiète de la résurgence du phénomène du trafic humain

Publié le

Christine Moore, députée d'Abitibi-Témiscamingue.
Christine Moore, députée d'Abitibi-Témiscamingue   Photo : Bernard Thibodeau

La députée néodémocrate d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, s'inquiète de la résurgence du phénomène du trafic humain et de l'exploitation sexuelle au Canada.

Pour combattre ce phénomène, elle a joint un nouveau Groupe parlementaire multipartite (GPM), avec les députés Arnold Viersen du Parti conservateur et Robert-Falcon Ouellette du Parti libéral.

L'objectif du groupe est de sensibiliser le public à l'ampleur du problème de l'esclavage moderne au Canada et à l'étranger.

Communautés autochtones et régions éloignées

Selon Christine Moore, la traite des personnes touche notamment les communautés autochtones et éloignées partout dans les régions.

« Ce sont souvent des minorités qui sont liées à la circonscription. On parle beaucoup des femmes et des jeunes filles autochtones qui sont particulièrement victimes de traite de personne et d'esclavagisme sexuel. On parle aussi des francophones qui viennent souvent des régions rurales et qu'on envoie dans des régions comme à Toronto, où souvent, malheureusement, les gens vont être prêts à payer deux à trois fois le prix pour avoir une frenchie », explique Christine Moore.

Selon elle, le rôle du groupe est de trouver de nouvelles façons d'agir contre les trafiquants et d'adapter les législations canadiennes au phénomène.

Pour écouter l'entrevue complète avec Félix B. Desfossés, consultez l'audiofil.

Chargement en cours