•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau livre pour Paule Baillargeon

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Un nouveau livre pour Paule Baillargeon

Rattrapage du mardi 12 janvier 2021
Paule Baillargeon dans nos studios

Paule Baillargeon dans nos studios

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

L'actrice et autrice native de Val-d'Or Paule Baillargeon a lancé, l'automne dernier, un nouveau livre intitulié Une mère, suivi de Trente tableaux.

Paule Baillargeon a vécu à Val-d'Or jusqu'à l'âge de 13 ans, où elle est devenue pensionnaire à Québec. À ce moment-là, je suis revenue seulement pour les vacances, mais jusqu'à l'âge de 13 ans, j'ai vécu totalement en Abitibi, raconte-t-elle. J'ai commencé par vivre dans une petite maison à 1 kilomètre de Val-d'Or, en pleine campagne. Puis, un peu plus tard, on a eu un chalet sur l'île Siscoe. C'étaient de très belles années pour moi.

Le livre de Paule Baillargeon posé sur un tourne-disque.

Le plus récent livre de Paule Baillargeon, Une mère suivi de Trente tableaux

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Son enfance a toutefois été teintée d'une relation trouble avec sa mère, qui fait l'objet de ce nouveau récit publié aux Herbes Rouges. Je pense que ma mère ne m'aimait pas. Peut-être qu'elle ne me comprenait pas, elle ne comprenait pas à qui elle avait affaire. J'avais beaucoup de caractère, et apparemment, ça se manifestait beaucoup. Elle trouvait que j'étais insupportable. À mon âge, aujourd'hui, j'ai 75 ans, je ne sais toujours pas de quoi elle parlait quand elle disait que j'étais insupportable, il me semble que j'étais sage, témoigne-t-elle.

Ce sentiment que sa mère ne l'aimait pas s'est poursuivi tout au long de sa vie. Alors que sa mère vivait ses derniers instants en ce monde, l'autrice a choisi de pencher cette relation difficile sur papier. C'est un sentiment profond. Quand elle est devenue très âgée, je m'occupais d'elle avec mon frère et ma soeur. À un moment donné, j'avais un trop plein, dit-elle en évoquant ce qui l'a poussée à écrire, une façon pour elle d'extérioriser cette émotion vécue durant toutes ces années.

On ne guérit pas des blessures de l'enfance, mais on peut quand même s'appaiser.

Paule Baillargeon

Ce journal intime ne se destinait pas du tout à être publié. C'est un journal, c'est daté. C'est trois mois durant l'année 2001 où j'ai écrit et après ça j'ai mis ça dans un tiroir et je ne m'en suis pas occupée pendant 20 ans, fait-elle savoir. Lorsque son éditeur lui a demandé si elle n'avait pas quelque manuscrit sommeillant dans ses tiroirs, elle a retrouvé ces écrits et les lui a envoyés sans même les relire. Les voilà maintenant publiés.

Une artiste accomplie

En plus d'avoir écrit, Paule Baillargeon a touché à tout au cours de sa carrière, du jeu à la musique. Sur le disque vinyle du Grand Cirque Ordinaire, on peut entendre Paule Baillargeon chanter la pièce Un grand malaise, composée par son frère Louis. J'ai chanté ça dans un des spectacles du Grand Cirque Ordinaire, c'est une troupe qui a été fondée en 1969. On était une troupe d'improvisaton collective, on construisait nos spectacles collectivement, se souvient-elle. Parmi les fondateurs de cette troupe, on retrouve Raymond Cloutier, Claude Laroche et Guy Thauvette.

L'intérieur de la pochette du disque vinyle du Grand Cirque Ordinaire.

Paule Baillargeon faisait partie du Grand Cirque Ordinaire.

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Sa carrière au cinéma a également été prolifique au cours des années 80 et 90, notamment en tant qu'actrice dans Jésus de Montréal ou que réalistrice du film Le sexe des étoiles, en 1993. Elle a également marqué toute une génération en tant que Laurette dans le téléfilm Les Voisins, adapté de la pièce de théâtre de Claude Meunier et Louis Saia.

Je dois vous dire que c'est un rôle que j'ai adoré jouer. On ne me demandait pas, généralement, de jouer la comédie. Quand je suis arrivée là-dedans, pour répéter, il y avait toute cette gang de monde très comique. Je me rappelle qu'ils me faisaient tellement rire quand je les regardais répéter, j'avais du mal à garder mon sérieux. [...] Laurette, c'est le personnage qui souffre. Elle aspire à autre chose. C'est un très beau personnage, complèxe à jouer, j'ai adoré faire ça, assure-t-elle.

Pour écouter l'entrevue complète avec Paule Baillargeon, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi