•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission Laurent répondra-t-elle aux besoins des communautés de la région ?

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La Commission Laurent répondra-t-elle aux besoins des communautés de la région ?

Rattrapage du mercredi 2 décembre 2020
Gros plan de Régine Laurent, assise durant une conférence de presse.

Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits de l'enfant et la protection de la jeunesse.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans son rapport préliminaire déposé lundi, la commissaire de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Régine Laurent, avance qu'elle compte recommander que les Autochtones aient « les deux mains sur le volant » en ce qui concerne la protection de leurs enfants.

L’organisme Mino Obigiwasin Service Enfance et Famille Anicinape a justement pour mission de faire en sorte que les communautés autochtones prennent en charge leurs propres services de protection de la jeunesse, à l’image de leurs valeurs et leur culture.

Les communautés anichinabées veulent avoir leurs propres structures, leur autodétermination dans tous les services. Dans les communautés, on ne se cachera pas qu’ils gèrent leurs propres programmes au niveau éducatif, de la santé, comme la province de Québec et tout le Canada, dans une même organisation, dans une même structure, rappelle Peggy Jérôme, directrice de l’organisme.

Mme Jérôme salue la volonté de Mme Laurent de redonner du pouvoir aux communautés. On est tout à fait d’accord avec ça et on est les mieux placés pour prendre en charge nos propres services de protection de la jeunesse, on est les spécialistes de notre monde, on a grandi tous ensemble et on connaît la majorité de notre population, ajoute-t-elle.

On a une mentalité différente, on a une approche spécifique à notre image.

Peggy Jérôme, directrice de Mino Obigiwasin

Peggy Jérôme rappelle qu'en 2019, le projet de loi C-92, soit la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis avait reçu la sanction royale. Pourtant, selon elle, la contestation de Québec de cette loi était incohérente. La Commission Laurent est là et nous dit qu'on est les meilleures personnes pour prendre soin de nos enfants et appliquer la protection de nos enfants, dit-elle.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi