•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tradition orale pour préserver l'histoire du jeu vidéo en Abitibi-Témiscamingue

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La tradition orale pour préserver l'histoire du jeu vidéo en Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du mercredi 21 octobre 2020
Des étagères où sont placées des dizaines de consoles de jeu vidéo de toutes les époques.

Adam Lefloïc Lebel s'intéresse à l'histoire du jeu vidéo à travers les témoignages oraux de gens de la région.

Photo : gracieuseté Adam Lefloïc Lebel

Un résident de l'Abitibi-Témiscamingue candidat au doctorat en histoire du jeu vidéo tente de documenter l'histoire du jeu vidéo dans la région grâce à des témoignages oraux.

Au départ, je réfléchissais à la préservation surtout physique par les collectionneurs, étant moi-même collectionneur. Mais avec le temps et surtout en lisant un peu partout, en participant à des colloques, des conférences, je me rends compte que je voulais une vision un peu plus pérenne dans le temps de la préservation du jeu vidéo. Donc ce serait de préserver les récits, les anecdotes et les histoires, parce que ma cassette de Méga Man 2 va finir par disparaître et elle ne fonctionnera plus, donc ça va prendre quelque chose pour remettre ça en contexte, plus tard, quand quelqu'un va réfléchir sur Méga Man 2, par exemple, explique celui qui a fait sa maîtrise sur l'apport des collectionneurs dans la conservation du jeu vidéo.

Il collectionne donc cette fois les témoignages de gens de la région. L'objectif, c'est de viser l'Abitibi-Témiscamingue, parce que c'est ma région et déjà, ma maîtrise, je l'ai faite à Montréal. L'idée, c'était de revenir en région, parce qu'on s'attache à ça, sa région, apparemment! Donc je cherchais comment et généralement, un doctorat, on est habitué de voir des trucs ultra pointus. Je me disais "je veux retourner dans ma région et regarder l'histoire et la culture, parce que ça va un peu semble, vidéoludique du coin". J'ai grandi ici, j'allais louer des jeux dans une station-service à Laverlochère quand j'étais jeune. J'ai mes propres histoires, il y a des gens du coin qui ont leurs histoires, et après ça, le fantasme ou l'idée, c'est que ça peut donner une espèce de système ou de méthode pour aller élargir le bassin et pousser un peu cette étude-là à d'autres régions pour aller chercher quelque chose d'un peu plus général, raconte-t-il.

Adam Lefloïc Lebel accorde une entrevue à la radio de Radio-Canada.

Adam Lefloïc Lebel est candidat au doctorat en histoire du jeu vidéo.

Photo : gracieuseté Adam Lefloïc Lebel

Il donne l'exemple d'un jeu de sa collection qui n'a aucune signification pour lui, mais qui rappelle des souvenirs impérissables à d'autres. La personne va me sortir une histoire, une anecdote, le récit de quand ils sont allés louer ce jeu-là, comment ils jouaient avec leurs parents ou leur frère. C'est là qu'il y a une petite étincelle dans les yeux. Pour moi, un jeu qui n'a pas de grande signification va avoir quelque chose de vraiment marquant pour cette personne-là. C'est une histoire qui va englober cet objet-là ou cet artéfact-là, donc c'est une partie de la culture du jeu vidéo, une partie de l'histoire de cette personne-là, de ce jeu-là, de la région, et qui peut permettre d'ajouter une couche à une étude sur tel ou tel jeu, par exemple, cite-t-il.

Le jeu vidéo est sans surprise un champ d'études assez récent, qui peut être abordé d'un point de vue historique, mais aussi sociologique, psychologique ou même philosophique. S'il peut en surprendre plus d'un, le sujet fait de plus en plus l'objet d'études supérieures et Adam Lefloïc Lebel n'est pas le seul à étudier la question dans la région. Un homme de Rouyn-Noranda, Maxime Deslongchamps, étudie par exemple le jeu vidéo d'un point de vue philosophique. On se rend compte qu'il y a des domaines d'études qu'on ignore. Ça pique toujours un peu l'intérêt. Il n'y a pas longtemps, j'avais parlé à un jeune qui finissait son secondaire à Val-d'Or qui s'intéressait à la préservation ou au côté muséal du jeu vidéo, cite-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi