•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les aéroports continuent de connaître d'importantes difficultés financières

Rattrapage du mercredi 30 septembre 2020
Des travaux de construction ont lieu sur le site de l'ancienne aérogare de Rouyn-Noranda.

Les travaux de fondation sont en cours à la future aérogare de Rouyn-Noranda.

Photo : Facebook/Ville de Rouyn-Noranda

Les activités aéroportuaires ayant diminué de près de 90 % depuis le début de la pandémie, plusieurs aéroports du Québec et du Canada éprouvent des difficultés financières. À l'aéroport de Rouyn-Noranda, on estime à environ 100 000 $ par mois les pertes encourues ces six derniers mois.

C'est l'ensemble des aéroports en région et l'ensemble des aéroports au Québec qui vivent de grandes difficultés financières sans précédent avec ce qui se passe présentement, précise Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda, en parlant de la lettre ouverte du Réseau québécois des aéroports et du Conseil des aéroports du Canada envoyée à Ottawa.

Escales suspendues temporairement ou indéfiniment, vols remplis à 25 % de capacité, les causes de ces difficultés financières sont nombreuses. Il y a des pertes au niveau des frais aéroportuaires, d'atterrissage, de stationnement, la location. Tout ça fait en sorte que les déficits s'accumulent, souligne Mme Dallaire.

Bien qu'Ottawa ait parlé d'une aide financière lors de son dernier discours du Trône, aucune mesure concrète n'a été annoncée pour le transport aérien. Le Réseau québécois des aéroports fait un rappel pour mentionner la situation tellement importante, parce que nos aéroports, en région, ce sont nos moteurs de développement économique. C'est vraiment primordial pour nous, dit-elle.

Heureusement, la région a la chance de compter sur des transporteurs privés, comme les minières ou Hydro-Québec, pour assurer un certain trafic dans ses aéroports. Mais il n'en demeure pas moins que c'est quand même des pertes financières à supporter et que c'est indispensable d'avoir une aide. Le mouvement passager en région, c'est près de 300 000 passagers annuellement. C'est beaucoup. On se classait troisième en région après Montréal et Québec. On n'est plus là, on s'entend, mais on a une réalité qui fait en sorte qu'on a encore nos privés, mais la problématique est quand même très présente, nuance Mme Dallaire.

Si cette lettre ouverte s'adresse particulièrement au fédéral, c'est que des actions ont déjà été entreprises au Québec, notamment par la formation d'une cellule de crise et par la proposition de différents modèles pour assurer la pérrenité du transport aérien régional. Mais au niveau fédéral, on n'a aucun indice, on n'a rien pour l'instant et c'est vraiment inquiétant. Il faut avoir plus de précisons là-dessus absolument, répète la mairesse.

NAV Canada, qui s'attirait déjà les foudres de la Ville de Rouyn-Noranda en voulant réduire ses services de navigation de nuit, a récemment augmenté ses tarifs de 30 %. « Rien pour aider », lance Mme Dallaire.

NAV Canada annonce des réductions de services à travers le Canada, on a encore la menace, mais moi, je vais vous dire, peu importe le contexte pandémique actuel, il ne faut pas prendre des décisions de fermeture de services aussi importants avec nos yeux de 2020, il y aura un après-COVID.

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda

On ne peut pas se permettre de profiter de la situation pour enlever des services de sécurité. On n'a pas de nouvelles du ministre Garneau, c'est vraiment le silence, on n'a aucune nouvelle, ajoute la mairesse.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi