•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les funérailles virtuelles, une offre qui est là pour rester

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les funérailles virtuelles, une offre qui est là pour rester

Rattrapage du jeudi 2 juillet 2020
Gros plan sur un cercueil.

Le deuil en temps de pandémie

Photo : Kzenon/Shutterstock

La pandémie a privé plusieurs familles ayant perdu un proche des rites funéraires leur permettant de faire leur deuil. Ce fut donc un soulagement pour plusieurs quand les salons funéraires ont pu rouvrir leurs portes, mais avec plusieurs restrictions.

La Résidence funéraire de l’Abitibi-Témiscamingue a dû adapter son offre de façon substantielle. On était quand même comme un service essentiel, les entreprises funéraires devaient continuer de servir la clientèle, parce que les décès continuaient de survenir, mais on a adapté nos méthodes, affirme Valérie Paiement, thanatologue et directrice du service à la clientèle.

Parmi les changements, les rencontres entre les familles et la Résidence se font au téléphone, les documents sont envoyés par courriel et tous les événements funéraires ont été complètement annulés pendant six semaines, au plus fort de la pandémie.

La Résidence a même tenu six funérailles de façon virtuelle. La demande est croissante à ce niveau-là, donc oui, on a dû s’adapter pour l’offrir aux familles, parce qu’on a des restrictions par rapport au nombre de gens qui peuvent être présents, donc pour faciliter l’assistance aux cérémonies funéraires dans nos locaux, on fait maintenant ce qu’on appelle du streaming, affirme-t-elle.

Les proches peuvent donc se rendre sur le site web de la Résidence funéraire et choisir l’onglet Cérémonie en direct. Ça va être installé dans toutes nos succursales, donc autant de personnes qui le veulent peuvent visualiser la cérémonie en direct et même plus tard dans la journée ou dans la semaine, fait savoir Valérie Paiement.

Selon elle, les gens apprécient beaucoup ce nouveau service. Pendant la pandémie, c’est hyper apprécié, mais il ne faut pas oublier que c’est un service qui va rester pour après, souligne-t-elle. On ne l’avait pas avant, même si ça existait déjà. Par contre, on est une région assez éloignée, donc c’est un service qui va durer aussi pour plus tard. Beaucoup de gens, l’hiver, ne peuvent pas se déplacer nécessairement, on est loin des autres régions et les familles sont souvent dispersées un peu partout, donc c’est un service qui va durer et les gens apprécient.

La directrice du service à la clientèle rapporte que très peu de gens ayant perdu un proche cet hiver ont commencé à contacter la résidence. La majorité de ces familles-là souhaitent encore attendre que les mesures soient un peu plus flexibles, dit-elle.

Les mesures en place à la Résidence funéraire :

  • Maximum de 50 personnes au même moment
  • Désinfection des mains obligatoire
  • 2 mètres entre chaque personne
  • Port du masque obligatoire
  • Prise de température à l’entrée

Même pour les thanatologues, la COVID a amené des changements. Il y avait beaucoup moins d’embaumements, beaucoup de gens ont décidé de faire des crémations, on est passé d’un taux de 45 % de crémations à 95 %, fait-elle savoir.

Les embaumements représentent effectivement de plus grands défis du point de vue du transport ou de la désinfection, par exemple. La Résidence funéraire, qui avait accueilli des funérailles devenues un foyer de contagion les 13 et 14 mars, se dit hyper vigilante côté désinfection depuis les événements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi