•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation des chambres de commerces régionales pour sauver le tourisme

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Mobilisation des chambres de commerces régionales pour sauver le tourisme

Rattrapage du vendredi 5 juin 2020
Tourisme Abitibi-Témiscamingue a lancé mercredi sa campagne de promotion estivale sous le thème «C'est beau comme c'est vrai».

Malgré la pandémie, Tourisme Abitibi-Témiscamingue affirme que ses membres sont prêts à s’adapter à la situation.

Photo : Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Les chambres de commerce de l'Abitibi-Témiscamingue s'unissent pour réclamer une aide gouvernementale pour l'industrie touristique.

Elles se disent inquiètes des impacts économiques engendrés par la crise sanitaire pour le monde du tourisme.

Le président de la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda, David Lecours, rappelle que l’industrie touristique a été la première à être touchée et sera la dernière à rouvrir complètement.

C’est pour ça que ça prend des mesures fortes et c’est pour ça que les chambres de commerce se sont unies et aussi, surtout, pour l’importance de cette industrie-là. On parle de 640 entreprises, 7400 emplois directs et indirects, 713 000 visiteurs par année, dont 15 % de l’extérieur, alors ce sont 145 millions de dollars par année dans la région, c’est tout à fait vital.

La directrice générale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue Randa Napky, rappelle que si certains aspects du tourisme sont maintenant déconfinés, la région accusera des pertes de retombées importantes cette année.

On n’aura pas l’achalandage qu’on devait avoir cet été, c’est sûr, parce que le voyagement inter-régions est permis, mais pas encouragé par le gouvernement et je n’ai pas besoin de vous relater toute l’histoire avec la métropole et les régions, mais dans le fond, c’est que l’industrie touristique a des frais fixes à supporter, à assumer et elle n’y arrive pas parce qu’il n’y a pas d’affluence, il n’y a pas la circulation nécessaire et ça c’est très dangereux parce qu’on risque de perdre plusieurs joueurs.

Elle mentionne que l’hôtellerie est le secteur le plus touché et que plusieurs établissements risquent de fermer leurs portes. Vendredi, le premier ministre François Legault a laissé entendre que Québec pourrait venir en aide aux petits et moyens hôtels, grâce à des aides ou des subventions. L'annonce devrait être faite la semaine prochaine.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez sur l’audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi