•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Une première association de femmes motocyclistes dans la région

Rattrapage du mercredi 27 mai 2020
La moto est garée au bord de la route.

La motocyclette est un loisir qui se pratique à la fois seul(e) et/ou en groupe.

Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Une nouvelle association de motocyclistes au féminin est née en Abitibi-Témiscamingue. La fondatrice de la branche régionale de The Litas, Sylvie Lafontaine, explique la raison d'être de ce nouveau groupe dans la région.

L’objectif est seulement de rouler entre femmes motocyclistes en Abitibi-Témiscamingue, dit simplement Sylvie Lafontaine. Puisqu’il existait déjà des clubs mixtes, les femmes ont voulu en lancer un.

Un dessin  noir et blanc de taureau avec des roses à la place des yeux.

Le logo de l'association The Litas

Photo : Page Facebook The Litas Abitibi-Témiscamingue

En effet, Sylvie Lafontaine souligne que cette association vise à créer un réseau de soutien et de solidarité au sein des femmes motocyclistes de la région.

C’est surtout la confiance, la complicité qu’on s’apporte. Les femmes motocyclistes, avant, il n’y en avait pas ou peu, maintenant il y en de plus en plus, alors ça apporte la confiance de ne pas se faire juger, de se sentir bien, de sentir supportées entre femmes, de se sentir toutes égales, pas de compétition, rien, explique-t-elle.

Des femmes conduisent en motocyclette une derrière l'autre sur l'autoroute.

Le but de la branche régionale est de créer une communauté de femmes motocyclistes qui peuvent s'apporter du soutien et organiser des activités.

Photo : Photographe :Jun Song/Page Facebook The Litas Abitibi-Témiscamingue

On est plusieurs motos à vivre la même passion, alors cette communauté-là, ça ne s’explique pas, ça se vit.

La fondatrice de la branche régionale de The Litas, Sylvie Lafontaine

L’association compte tenir une activité par mois, durant toute l’année. Sylvie Lafontaine indique que l’été, des balades en moto seront organisées, et l’hiver, les activités prendront la forme d’ateliers ou de discussions sur des notions de mécanique, comme par exemple comment faire son changement d’huile ou comment changer un pneu crevé.

On veut vraiment apprendre aux femmes à être autonomes avec leur moto le plus possible surtout quand il peut arriver de petits pépins, explique-t-elle.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

The Litas semble déjà populaire : deux semaines après son lancement, plus de 90 membres se sont inscrites.

Un esprit de communauté… à deux mètre de distance

Le monde de la moto est un milieu où on peut pratiquer une passion commune tout en maintenant nos distances, ce qui permet d’en faire malgré la pandémie. Sylvie Lafontaine souligne cependant que, même en balade, The Litas tient à mettre toutes les femmes sur le même pied d'égalité.
Question de sécurité, il y a toujours un leader, mais il n’y a pas de hiérarchie, on ne prône pas ça, au contraire, dit-elle.

Pour le moment, The Litas ne peuvent pas planifier de randonnées puisque les haltes routières ne sont pas accessibles en raison de la pandémie. Toutefois, Sylvie Lafontaine invite les membres à aller en moto et à faire des balades ensemble.

Quand tu es en randonnée à plusieurs, tu as toujours le facteur de “je dois faire attention à mon prochain” parce qu’on est plusieurs motos ensemble, rapporte-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi