•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Mai, mois de sensibilisation à la maladie cœliaque

Rattrapage du lundi 4 mai 2020
une étiquette «sans gluten» dans une épicerie

L'exercice pourrait aider les coeliaques

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Mai est le mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque, que plusieurs confondent avec l'intolérance au gluten. Cette maladie auto-immune qui s'attaque aux parois de l'intestin touche plus de 82 000 Québécois.

La maladie coeliaque est effectivement déclenchée par l'ingestion de gluten, qui se retrouve dans cinq céréales : le seigle, l'avoine, le blé, l'orge et le triticale. Contrairement aux personnes intolérantes, qui digèrent mal les aliments contenant du gluten, les personnes coeliaques peuvent subir des dommages importants à l'intestin s'ils conservent une alimentation normale.

Les gens qui ont la maladie coeliaque ne peuvent pas consommer du gluten. Ça crée un désordre dans l'estomac qui fait en sorte que les protéines ne sont pas redirigées vers le sang, ce qui fait qu'à terme, si tu ne t'en occupes pas, tu peux développer des carences importantes. C'est une maladie pour laquelle il n'y a pas de traitement, la seule façon de se soigner de ça, c'est de ne pas consommer du gluten, explique le porte-parole de Coéliaque Québec, comédien et député du Bloc québécois Denis Trudel.

Un homme porte un veston noir et un t-shirt jaune.

Le comédien Denis Trudel sera candidat à l’investiture pour le Bloc Québécois de Longueuil – Saint-Hubert.

Photo : Éva-Maude TC

Diagnostiqué il y a 15 ans, Denis Trudel milite, avec la fondation, pour que le gouvernement du Québec accorde une aide financière équitable aux personnes atteintes.

Comme il n'y a pas de traitement, le gouvernement donne en ce moment un crédit d'impôt, parce que la façon de se traiter, ce sont les aliments sans gluten - il y en a plein, il y a du pain, de la farine, des pâtes, le riz, le maïs - mais ça coûte un peu plus cher. Le gouvernement offre présentement un crédit d'impôt sur la différence du prix entre les aliments sans gluten et les aliments normaux, mais c'est un peu complexe - il faut garder toutes ses factures, mettre ça dans ses impôts - et c'est un peu désavantageux pour les gens qui paient moins d'impôts, souligne-t-il.

Les enfants de moins de 18 ans atteints de la maladie coeliaque reçoivent une prestation pour personne handicapée de 198 $ par mois pour palier aux coûts. C'est comme si c'était un médicament; le médicament, c'est de manger sans gluten. Donc ce qui serait légitime, ce serait que tous les gens qui ont la maladie coeliaque puissent profiter de cette prestation-là, ça rendrait ça plus équitable et ça ferait en sorte que les personnes qui ont moins de revenus pourraient se soigner mieux, précise M. Trudel.

Si la maladie n'est pas soignée, à long terme, les personnes qui en sont atteintes pourraient développer d'autres problèmes de santé, allant même jusqu'au cancer colorectal. Encore méconnue il y a quelques années, la maladie coeliaque commence à faire parler d'elle.

Quand j'ai été diagnostiqué, j'ai dit, mais quessé ça? Mais là, le nom de la maladie est plus connu, on l'entend dans les médias, les gens sortent pour en parler. Il y a des gens qui pensent qu'ils sont coeliaques, mais ils ne le sont pas. Ils ont l'impression que ça pourrait être une solution à leurs problèmes. Il faut faire attention, il ne faut pas se priver de gluten si on n'est pas allergique.

Plusieurs personnes continuent d'ailleurs de ne pas prendre la maladie au sérieux et pensent qu'il s'agit d'un choix pour les personnes atteintes. Pour les gens qui ne se traitent pas, ça peut être dangereux, parce que c'est une carence en protéine, une carence en fer, en nutriments de toutes sortes. C'est une maladie grave, il faut s'en occuper, conclut M. Trudel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi