•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sonny Michaud rêve toujours au PGA Tour

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Sonny Michaud rêve toujours au PGA Tour

Rattrapage du mercredi 8 janvier 2020
Sonny Michaud regarde au loin, appuyé sur son bâton de golf.

Le golfeur Sonny Michaud a été nommé golfeur québécois de l'année par le East Coast Pro Tour.

Photo : sonnymichaud.com

Le golfeur Rouynorandien Sonny Michaud poursuit son rêve d'obtenir une place sur le PGA Tour, le circuit américain de golf professionnel.

Maintenant âgé de 31 ans, Michaud vient tout juste d’être nommé golfeur québécois de l’année sur le nouveau East Coast Pro tour.

Il entrevoit la prochaine année comme décisive dans l’atteinte de son rêve américain. Une première étape importante pourrait être franchie la semaine prochaine, lors d’une qualification du PGA Tour Latino America, au Mexique.

C’est un circuit qui appartient en partie au PGA Tour, explique-t-il. Une fois entré sur ce circuit, si tout se passe bien et avec une ascension optimale, dans 18 mois je pourrais avoir ma carte du PGA Tour. L’année 2020 est très importante. J’ai 31 ans, la moyenne du top 125 sur le PGA Tour est âgé de 33 ans. En ayant l’ascension optimale, j’y arriverais à la fin de ma 32e année. Ma fenêtre d’opportunité commence un peu à se fermer. Il est temps que j’optimise tout le bon travail que j’ai fait dans les dernières années. C’est à moi de prendre le taureau par les cornes et aller chercher mon dû.

Comme un jeu d’échecs

En préparation pour cette qualification, Sonny Michaud est aux États-Unis depuis quelques semaines, où il a pris part à différents tournois. Il prendra l’avion pour le Mexique dès jeudi pour y étudier les conditions de jeu. De son propre aveu, sa préparation hivernale et son souci du détail sont deux éléments qui lui permettent de se démarquer en compétition.

Je vois la game comme une énorme partie d’échecs. Chaque coup est très important et je dois vraiment optimiser chaque trajectoire pour éviter les obstacles sur un terrain de golf. Mon but est toujours de parcourir le terrain et de n’y laisser aucun coup pendant les 18 trous. Mes préparations de match sont très approfondies et c’est un des éléments de mon jeu qui me distingue, explique-t-il.

Un bel honneur

Le Rouynorandien, qui agit comme adjoint pro au club La Tempête de Québec, accueille avec joie le titre de golfeur de l’année du East Coast Pro Tour. Une 7e place à Bromont et des tops 3 à Sept-Îles et au Championnat des joueurs lui ont permis de mettre la main sur cet honneur.

C’est très flatteur, lance-t-il. C’est un bel honneur considérant que j’ai grandi à Rouyn-Noranda, où les programmes de golf, généralement, ne sont pas à comparer à ceux de Montréal ou de Québec. Mes deux top 3 témoignent de ma constance, un des aspects de mon jeu dont je suis le plus fier. Dans les deux cas, j’étais en position de l’emporter. L’intensité qu’on retrouve en fin de tournoi, c’est ce qui me fait vibrer. C’est pour ça que je joue au golf.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi