•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cyberintimidation auprès des femmes députées

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La cyberintimidation auprès des femmes députées

Rattrapage du jeudi 28 novembre 2019
Valérie Plante parle lors d'un point de presse, encadrée de quatre femmes députées.

La préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, et la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, ont souligné la place des femmes en politique en janvier dernier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Des députées des quatre formations politiques représentées à l'Assemblée nationale ont tenu à dénoncer le fléau de la violence en ligne destinée aux femmes politiques. Elles ont passé une motion en Chambre, mercredi, pour souligner cette haine envers les femmes en politique.

Émilise Lessard-Therrien, députée de la circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, rapporte qu'il lui arrive de recevoir des messages haineux sur les réseaux sociaux et par courriel.

Sexisme dans les propos

Quand ces messages-là s'adressent à l'intention des femmes, on tombe vraiment dans les commentaires sur l'intégrité physique, des insultes à caractère sexuel, on objectivise vraiment la femme, indique Émilise Lessard-Therrien.

Émilise Lessard-Therrien en entrevue dans nos studios de Rouyn-Noranda.

Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Je pense qu'il faut continuer de résister pour que les femmes se lancent en politique.

Émilise Lessard-Therrien, députée de la circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue

La députée remarque que les insultes envers les femmes en politique portent plus souvent que chez les hommes sur le physique ou la personne plutôt que sur les idées.

C'est ça qui est le plus déplorable, de vouloir discréditer à ce point-là une personne pour son physique, pour le fait qu'elle soit une femme, plutôt que de discréditer sur la base des idées, ou un discours, ou des arguments avec lesquels on ne serait pas d'accord, se désole-t-elle.

Moins de femmes en politique?

La députée mentionne que ces messages haineux peuvent décourager les politiciennes et celles qui souhaiteraient éventuellement s'impliquer en politique.

Veut, veut pas, à force de recevoir des insultes comme ça, ça peut inciter à vouloir quitter l'espace public, dit-elle.

Elle insiste cependant que ce genre d'interventions de la part de femmes politiciennes ne doit pas décourager les femmes, mais plutôt encourager les gens à changer leur comportement.
Plus on va être nombreuses, plus on va démystifier ce genre de choses, plus les comportements vont être appelés à changer, affirme-t-elle.

Elle ajoute que les propos haineux affectent non seulement la personne qui les reçoit, mais aussi son entourage.

La sensibilisation fait partie de la solution

Émilise Lessard-Therrien croit que de sensibiliser les collègues à l'Assemblée nationale ainsi que le reste de la population sur la violence que subissent les femmes en ligne aidera à contrer ce genre de comportement.
D'aller au front, de dénoncer ces situations-là, de dire "Oui, ça arrive", de ne pas se mettre la tête dans le sable, d'appeler à la bienveillance, énumère-t-elle en exemple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi