Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Félix B. Desfossés animateur de Région zéro 8
Audio fil du mercredi 6 novembre 2019

Les maisons d’hébergement pour femmes lancent un cri du coeur

Publié le

Le poing d'un homme avec la silhouette floue d'une femme derrière.
Les centres d'hébgergement pour femmes du Québec demandent au premier ministre de leur accorder plus de financement.   Photo : iStock

Les maisons d'hébergement pour femmes lancent un cri du coeur pour obtenir plus de financement.

La Fédération des maisons d'hébergement pour femmes demande au premier ministre d'investir massivement afin que des femmes et des enfants victimes de violence ne se voient plus refuser l'accès à une maison d'hébergement.

La situation est la même en Abitibi-Témiscamingue, alors que les maisons d'hébergement pour femmes peinent à loger tout le monde.

Ce qui arrive, c'est qu'on surréserve nos maisons. Ce n'est pas rare que j'arrive dans ma maison d'hébergement et qu'on a une femme couchée dans nos bureaux de travail, qu'on va mettre des lits dans notre salle de jeux pour nos enfants. On a une des plus grosses maisons d'hébergement au Québec à Rouyn-Noranda, on a 20 places au permis, mais on se retrouve des fois avec 23, 25 personnes dans la maison, raconte Cathy Allen, directrice de la maison Alternative pour elles.

Cathy Allen confirme qu'il arrive qu'il n'y ait tout simplement plus de place pour les héberger. Oui malheureusement ça arrive, dans la quatre maisons d'hébergement qu'on a en région. On doit vraiment composer avec des situations difficiles, des choix déchirants. Ce n'est pas facile de devoir refuser l'hébergement à une femme qui trouve le momentum, qui prend son courage à deux mains pour nous appeler et obtenir de l'aide. Je tiens par contre à souligner qu'on ne laisse jamais une femme en danger et sans services, témoigne-t-elle.

L'Abitibi-Témiscamingue compte quatre maisons d'hébergement pour femmes et enfants, soit Alternative pour elles à Rouyn-Noranda, la Maison d'hébergement Le Nid de Val-d'Or, la Maison d'hébergement l'Équinoxe de Ville-Marie et la Maison Mikana d'Amos.

Chargement en cours