Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Félix B. Desfossés animateur de Région zéro 8
Audio fil du lundi 7 octobre 2019

Un premier prix Juno pour Yannick St-Amand

Publié le

Un homme regarde un écran d'ordinateur.
Membre fondateur de Despiced Icon, Yannick St-Amand est passé derrière la console pour les spectacles du groupe.   Photo : Radio-Canada / Emily Blais

L'ingénieur de son abitibien Yannick St-Amand a mis la main sur son premier prix Juno, qui récompense le meilleur de la musique canadienne.

Le résident de Trécesson a travaillé, en collaboration avec son partenaire Francis Perrron, sur le plus récent album du légendaire groupe métal Voïvod, The Wake, paru en 2019.

L'album a remporté la statuette dans la catégorie Metal Hard Music Album of the Year en mars dernier, mais il a finalement pu récupérer son trophée au cours des derniers jours.

C'est Francis [Perron] qui a communiqué avec moi, a raconté Yannick St-Amand à propos de sa collaboration avec Voïvod. Le groupe magasinait un ingénieur de mastering pour compléter l'album. On était trois à recevoir les trois mêmes chansons puis c'était un genre de pitch, il fallait que je prouve ce que je pouvais apporter de plus à l'album.

Parmi ses deux compétiteurs, on retrouvait un producteur reconnu de Los Angeles. L'Abitibien a donc mis toute la gomme pour prouver ses capacités à l'équipe de Voïvod. Le groupe a sélectionné ses versions à l'aveuglette, à l'unanimité.

Ç'a été vraiment une belle tape dans le dos et un beau projet.

Yannick St-Amand

Le propriétaire du Northern Studio, installé à Trécesson, était honoré du Juno, mais était surtout heureux que le groupe Voïvod reçoive enfin la reconnaissance qu'il mérite au Canada. Il faut dire que le groupe de Jonquière est reconnu mondialement sur la scène métal, mais qu'il a fallu plusieurs années pour qu'il soit prophète en son pays.

Avant tout, ma première réaction a été "enfin, ils le méritent". Par la suite, Francis et moi on s'est appelé immédiatement. C'était vraiment un bel esprit d'équipe, un bel accomplissement, on était très content, confie Yannick St-Amand.

Chargement en cours