Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Félix B. Desfossés animateur de Région zéro 8
Audio fil du vendredi 9 août 2019

Le prix de l’or atteint des sommets sur fond de tensions politiques

Publié le

Des lingots d'or de différents poids.
Des lingots d'or de différents poids.   Photo : getty images/istockphoto / VladK213

Le prix de l'or rayonne sur les marchés. Depuis le mois de mai, le prix de l'once est à la hausse, mais il est monté en flèche lors des derniers jours. Le 9 août, il est passé au-dessus de la barre des 1500 $ américains pour la première fois depuis 2013.

Selon l'économiste à Desjardins Catherine Bergevin-Chammah, le regain d'escalade dans le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, combiné à d'autres facteurs, a contribué à augmenter le prix de l'or.

Ça apporte des inquiétudes sur tout ce qui est santé de l'économie mondiale, explique-t-elle. On s'inquiète un peu, on s'attend peut-être à ce que certains actifs aillent plus à la baisse, donc ça apporte un mouvement vers les valeurs sûres comme l'or.

Ces tensions viennent s'ajouter au contexte actuel d'assouplissement monétaire. Les grandes institutions bancaires comme la Réserve fédérale des États-Unis sont en train de baisser leur taux directeur, ce qui vient faire baisser les taux d'intérêt un peu partout, et ça amène une attirance vers l'or, soutient l'économiste.

Impact sur les régions minières?

Pour les régions où l'exploitation minière est une importante activité économique, comme l'Abitibi-Témiscamingue, la hausse du prix de l'or ne représente pas nécessairement une raison de se réjouir.

Certes, la hausse du prix de l'or peut inciter les compagnies minières à augmenter leur production, par contre, la pénurie de main-d'oeuvre pourrait quand même assez limiter leur pouvoir de production, estime Catherine Bergevin-Chammah.

De plus, l'économiste souligne que cette hausse n'a pas eu d'impact concret sur l'économie mondiale ni sur l'inflation.

Vu que c'est juste le prix de l'or et qu'on a le prix d'autres métaux qui redescendent, ça ne risque pas trop d'affecter les prix à la consommation, indique-t-elle. Pour l'instant, on voit une inflation quand même assez saine au Canada.

Catherine Bergevin-Chammah mentionne que le prix ne risque pas de se maintenir à un niveau aussi fort d'ici la fin de l'année.

Chargement en cours