Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie-Claude Luneau
Audio fil du lundi 21 janvier 2019

Évacuation médicale : un père lance un cri du coeur

Publié le

Un bébé prématuré
Chaque année, environ 6000 enfants naissent prématurément au Québec.   Photo : iStock

Faire sept heures de route entre Rouyn-Noranda et Montréal parce que votre femme accouche prématurément et qu'elle est transportée par avion-ambulance. C'est la réalité que vivent plusieurs pères de l'Abitibi-Témiscamingue.

On parle souvent des enfants qui se font transporter par avion-ambulance sans parent accompagnateur, mais on oublie que la situation est la même pour les femmes qui doivent être transportées dans un hôpital de Montréal pour accoucher de leur enfant prématuré.

C'est ce qu'ont vécu le Rouynorandien Tommy Millette et sa conjointe, le 21 décembre dernier, en pleine tempête de neige.

On était au travail en fin de soirée, à la veille du temps des Fêtes. On terminait au bureau puis, surprise, on se retrouve à l'hôpital pour apprendre que notre petite fille va venir au monde trois mois d'avance. Beau cadeau des Fêtes! On sait qu'on va passer Noël à Montréal, mais moi je dois descendre en pleine tempête. Je ne sais pas s'il y en a qui s'en souviennent, mais le 21 décembre, on a eu notre première tempête sérieuse de l'hiver, raconte-t-il.

Sept heures de stress

Après avoir rapidement fait sa valise et celle de sa conjointe, Tommy Millette doit conduire en pleine tempête, en plus de vivre avec la crainte constante que sa femme accouche dans l'avion, sans être à ses côtés pour la supporter.

C'est surtout l'état d'esprit dans lequel on est qui n'est pas super pour faire de la route. En même temps, tu veux être là pour ta conjointe et pour vivre ça avec elle si c'est encore possible rendu sur place.

Tommy Millette

Le couple déplore le fait que le père ne puisse être aux côtés de la mère durant cette épreuve, d'autant plus qu'un accouchement prématuré peut amener son lot de complications.

Notre situation n'est pas unique, il y a plein de gens qui vivent des choses similaires. Quand tu as un enfant grand prématuré, c'est un peu coup de poing. Sur le coup, tu restes surpris de la situation, et de devoir faire de la route tout de suite après en réfléchissant à ce que ça veut dire... je pense à d'autres parents qui ont vécu une situation similaire avec un enfant qui doit se rendre à Montréal et ils ne peuvent pas l'accompagner... c'est particulier qu'on vive encore ça, malgré tout le débat que ça a amené ces dernières années, témoigne-t-il.

Les parents ne sont même pas garantis de pouvoir revenir en Abitibi-Témiscamingue avec le bébé, une fois qu'il est suffisamment développé pour pouvoir revenir en avion-ambulance. La mère n'est plus la patiente, c'est le bébé qui le devient, rappelle Tommy Millette.

Une fin heureuse

Heureusement, Tommy Millette a finalement pu assister à la naissance de sa fille. Les choses ont bien tourné pour nous, mais ça aurait pu être autrement, déclare-t-il. J'ai pensé à toutes sortes de scénarios catastrophiques et non à la fois. J'ai remis ma foi en la vie dans cet événement-là. Ça a bien tourné pour nous, mais c'est sûr et certain que ce n'est pas super rassurant de savoir qu'il y a des gens, régulièrement, pour toutes sortes de raisons, qui ont à prendre la route avec ces émotions-là.

Sa conjointe aussi a traversé toute une gamme d'émotions ce soir-là. Le choc d'apprendre que tu vas avoir à vivre ça [accoucher trois mois d'avance], on croit que ça ne nous arrivera pas. De vivre ça toute seule dans l'avion, tu ne sais pas si tu vas avoir ton enfant dans l'avion ou une fois sur place sans ton conjoint. Toutes ces étapes-là te stressent encore plus dans le processus, affirme-t-il.

S'il déplore cette portion du système de santé, il remercie les professionnels qui les sont aidés à mettre au monde leur petite fille.

Chargement en cours